Les investissements dans le secteur de l’énergie sont une priorité. Réseaux de transmission requis

Entreprise INTERIA.PL sur Twitter. Rejoignez-nous et lisez les informations économiques

En plus des investissements, des réglementations stables et prévisibles seront nécessaires – et celles-ci ne peuvent être développées que par un dialogue honnête, juste et bienveillant. Le FPP demande aux décideurs de préparer effectivement un cadre pour mener un tel dialogue et se déclare prêt à s’engager dans ce processus.

Il faut espérer que les décisions actuellement prises conduiront au début du processus d’investissement, qui – en raison du degré de complexité, d’échelle et de coût – durera probablement au moins une décennie et demie. À ce stade, malheureusement, nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de nous concentrer uniquement sur l’énergie nucléaire. Ici et maintenant, nous devons également lever les barrières juridiques et développer les investissements dans les SER, en particulier dans les parcs éoliens terrestres – gelés par la règle des 10H introduite il y a quelques années – et les équipements photovoltaïques, écrit le FPP.

Les plans d’investissement pour les parcs éoliens offshore semblent prometteurs et devraient être mis en œuvre. La clé pour assurer la sécurité énergétique – un approvisionnement stable en électricité à un prix acceptable pour les utilisateurs finaux – est la transformation du mix énergétique polonais en fonction de la diversité des sources de production – ajoute-t-il.

Et il ajoute : Il faut aussi penser aux consommateurs, aux clusters énergétiques ou aux coopératives énergétiques, ainsi qu’à l’autoproduction d’énergie par les entrepreneurs et les lignes directes, si nécessaires aux entreprises. Le stockage de l’énergie a également un rôle à jouer. Les directions d’action mentionnées ci-dessus ont un objectif principal – réduire la charge sur le système électrique.

« Cependant, il ne faut pas oublier le revers de la médaille, à savoir les réseaux de transport et de distribution qui permettent de livrer l’énergie produite aux utilisateurs finaux. En attendant, malgré les années, les réseaux sont encore sous-investis et obsolètes – en dans le cas des lignes aériennes, près de 80 % ont au moins 20 ans et 40 % plus de 40 ans ; dans le cas des sous-stations, 2/3 d’entre elles ont plus de 20 ans et 1/3 plus de 40 ans ; la situation est un peu mieux dans le cas de la pyramide des âges des transformateurs, où la moitié a moins de 20 ans et seulement 1/5 a plus de 40 ans. Les réseaux ne sont pas non plus adaptés au nouveau modèle énergétique – basé non seulement sur la grande production unités, mais aussi sur de nombreuses installations de plus petite capacité, notamment les sources d’énergie renouvelables, la liste des investissements dans le réseau avec de nouveaux projets, le processus d’investissement ne suit pas les besoins, de plus, les investissements réalisés sont inférieurs aux besoins. 8 milliards ont été investis dans le développement et la modernisation des réseaux de transport et de distribution, il en faut le double pour garantir l’utilisation efficace des parcs éoliens et des centrales nucléaires offshore prévus, ainsi que pour permettre la connexion de sources d’énergie renouvelables sur terre. Il y en aura de plus en plus – en tenant compte du fait qu’il sera enfin possible de libéraliser la règle 10H. Afin d’éviter la tendance à l’augmentation du nombre de rejets des conditions de connexion au réseau reçues par les investisseurs SER, des dépenses importantes pour le développement des réseaux de distribution sont nécessaires. Début novembre, le président de l’Office de régulation de l’énergie et les cinq principaux opérateurs de réseaux de distribution ont signé la Charte pour la transformation efficace des réseaux de distribution du secteur énergétique polonais – le document suppose une coopération dans la création de réglementations appropriées et indique que les investissements d’ici 2030 pour le développement du réseau nécessiteront 130 milliards de PLN. Ces fonds doivent provenir de diverses sources, y compris des fonds de l’UE et du KPO – s’ils peuvent être débloqués. Il convient de souligner que le réseau de transport et de distribution actuel n’est pas en mesure d’assurer le raccordement des nouvelles sources prévues, telles que les centrales nucléaires ou éoliennes offshore, sans parler des investissements dans les SER terrestres – et des projets d’investissement dans le réseau, prévus dans les documents déjà adoptés, sont insuffisants et ne disposent pas d’un financement complet » – souligne Piotr Wołejko, expert en questions socio-économiques de la Fédération des entrepreneurs polonais.

Au cours des années 2023-2032, PSE prévoit d’allouer environ 36 milliards de PLN aux investissements dans les infrastructures, a annoncé hier la société. Les spots PSE comprennent : la construction de la ligne HVDC, qui permettra le transport de l’énergie du nord du pays, produite par des sources éoliennes terrestres et offshore, vers le sud.

Polskie Sieci Elektroenergetyczne a publié son cinquième rapport d’impact intégré, dans lequel il a été annoncé qu’au cours des années 2023-2032, PSE prévoit de dépenser environ 36 milliards de PLN en investissements dans les infrastructures.

Dans le rapport, la société l’a annoncé avec le plan de développement du réseau de transport (DSRP) pour la période 2023-2032. des projets de développement du réseau de transport ont été définis, dont la mise en œuvre devrait assurer la couverture à long terme de la demande intérieure en électricité et en électricité. Selon l’entreprise, les principaux facteurs influençant le développement du réseau de transport sont : l’augmentation de la demande d’électricité, le développement des sources de production et la nécessité d’augmenter l’utilisation des liaisons transfrontalières.

« Les investissements présentés dans le projet DSRP visent à soutenir la volonté de la Pologne d’atteindre l’objectif national en termes de part d’énergie issue des SER dans la consommation finale d’énergie, le plan gouvernemental de construction de parcs éoliens offshore en mer Baltique, le plan gouvernemental les plans de construction du nucléaire, le raccordement de nouvelles unités de production en fonction des résultats du marché de capacité aux enchères pour 2023-2026.

Le rapport indique que les investissements visent à améliorer les conditions d’approvisionnement en électricité, notamment en minimisant les contraintes du réseau dans l’ensemble du système – « en particulier dans le contexte de la construction prévue de sources renouvelables (éoliennes) dans le nord de la Pologne, à la fois offshore et onshore ».

Il a été déclaré que le projet DSRP pour la période 2023-2032 « apporte la première grande révolution technologique conformément aux schémas issus de systèmes électriques très développés, avec une part importante de SER dans le mix de production ». Il a été expliqué qu' »il s’agit de la construction d’une ligne HVDC reliant le nord et le sud de la Pologne ». Il a été souligné que l’objectif de l’investissement est de « permettre la transmission de l’énergie du nord du pays, produite par des sources éoliennes terrestres et offshore, au sud de la Pologne, à l’industrie qui s’y trouve. Une alternative à ce projet serait pour étendre le réseau 400 kV, qui se caractérise par des limitations importantes et coûteuses » – a-t-elle souligné dans l’entreprise.

PSE a noté que le projet d’ensemble d’investissements dans le réseau a été précédé d’une « analyse fondamentale du scénario de développement de l’environnement et de l’intérieur du système électrique. Tout cela afin de sélectionner de tels investissements qui contribueront à la sécurité de l’approvisionnement en énergie ». aux consommateurs dans toutes les conditions ».

– À la lumière des changements dynamiques qui se produisent dans notre environnement – à la fois juridique, économique et géopolitique – nous analysons en détail divers scénarios et entreprenons des initiatives visant à atténuer le risque de perturbations de l’approvisionnement en électricité et à renforcer la sécurité du NES – a souligné Eryk, cité dans le rapport sur le rapport Kłossowski, président de Polskie Sieci Elektroenergetyczne.

– Nous développons également des outils qui soutiennent l’équilibrage du système, ce qui est particulièrement important dans les conditions de la crise énergétique croissante. L’efficacité de cette approche prouve le maintien d’indicateurs de haute fiabilité du fonctionnement du système – a déclaré Eryk Kłossowski.

Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *