Une entreprise privée veut utiliser une échappatoire pour soutenir l’énergie verte

Copernic Connect veut libérer le potentiel de l’énergie photovoltaïque en accélérant l’agrément de raccordement grâce à la participation financière d’investisseurs privés à la modernisation des réseaux de distribution. Cela ne doit pas être facile, mais il y a une lacune dans la loi qui favorise cette initiative.

  • – Notre idée fait référence aux applications qui remplissent toutes les conditions, y compris celles liées à l’environnement et au développement, et qui ne reçoivent pas de connexion à la dernière étape – déclare Franciszek Buchta, président du conseil d’administration de Copernic Connect.
  • – Il existe une base juridique formelle permettant aux investisseurs de cofinancer la modernisation du réseau afin de connecter leurs installations de production, ce que l’on appelle le plus souvent le soi-disant connexion commerciale – dit Przemysław Kałek, Radzikowski, Szubielska et Wspólnicy.
  • – Nous sommes dans la phase de démarrage des activités d’information, encourageant la consultation de notre idée. Nous prévoyons de contacter les sociétés de distribution et la commission parlementaire pour l’énergie, le climat et les biens de l’État, rapporte Franciszek Buchta.

Le très grand intérêt des investisseurs pour la construction de sources d’énergie renouvelables (SER) – combiné au manque de préparation des réseaux électriques à une telle situation – se traduit par le refus de connecter les SER au réseau. L’état des réseaux électriques est devenu un goulot d’étranglement dans le développement des énergies renouvelables en Pologne, et donc dans la transformation de l’industrie électrique.

– Nous, en tant que Ministère du Climat, recevons de plus en plus de signaux inquiétants concernant le refus d’émettre des conditions de raccordement au réseau aux investisseurs RES. Ce phénomène devient le principal obstacle à la poursuite du développement des énergies renouvelables tant en Pologne que dans toute l’Europe – a déclaré Anna Łukaszewska-Trzeciakowska, vice-ministre du Climat et de l’Environnement, lors de la réunion de la sous-commission parlementaire pour une transition juste le 25 octobre 2022.

– Selon les informations de l’Office de Régulation de l’Energie ces dernières années, nous avons actuellement le barème de refus suivant : 2017 et 2018 – 260 avis de refus ; 2019 et 2020 – déjà 1 200 ; 2021 et 2022 – 3 459 dont 3 415 concernent des installations photovoltaïques. Actuellement, le taux de rejet atteint 60 à 80 %. sur toutes les candidatures soumises – a informé Anna Łukaszewska-Trzeciakowska.

- Depuis hier, nous ne savions pas que nous aurions zéro émission et depuis hier, nous ne savions pas que le secteur de l'énergie devait être 100 % renouvelable.  renouvelable, et nous agissons comme si nous le redécouvririons chaque jour - a déclaré Sebastian Jabłoński, président de Respect Energy.

Copernic Connect avec un plan de financement du développement du réseau avec des capitaux privés

Parmi les obstacles qui entravent l’expansion et la modernisation des réseaux de distribution, il y a le manque de fonds pour la modernisation des réseaux. De nombreux refus de raccordement des SER au réseau sont liés au photovoltaïque.

Copernic Connect veut libérer le potentiel de l’énergie photovoltaïque en accélérant le processus d’obtention de l’agrément de raccordement grâce à la participation financière d’investisseurs privés à la modernisation des réseaux de distribution à travers le pays.

La société a annoncé que le modèle qu’elle a développé consiste à regrouper des entités dont les demandes de conditions de connexion au réseau ont été rejetées. Avec Copernic Connect, ils cofinanceraient des investissements dans les infrastructures énergétiques.

La société a également annoncé que parmi les partenaires figureront des fonds d’investissement du Luxembourg, de Lituanie, d’Estonie, de France, d’Allemagne et d’Espagne, qui ont leurs propres capacités de production dans leur portefeuille – à la fois des centrales solaires et éoliennes.

– Notre idée concerne les applications qui remplissent toutes les conditions, y compris écologiques et développementales, et ne reçoivent pas de connexion en phase finale. Nous sommes la première entreprise privée à avoir créé un modèle de financement efficace de projets avec le capital d’investisseurs privés – déclare Franciszek Buchta, président du conseil d’administration de Copernic Connect.

Grâce à cela, ils pourront connecter leurs fermes photovoltaïques au réseau et augmenter la part des énergies renouvelables sur le marché de l’énergie – ajoute-t-il.

– Nous avons déjà consolidé environ 5 GW de puissance dans des fermes photovoltaïques qui ont été rejetées. La portée des projets réduira les coûts de modernisation pour chaque 1 MW déclaré à tel point que le financement de la modernisation du réseau ne sera plus un obstacle, selon Franciszek Buchta.

Copernic Connect fait partie du groupe Copernic, basé à Cracovie, qui opère dans le secteur des énergies renouvelables depuis 2019. La société rapporte que le groupe met en œuvre des projets, notamment dans le domaine de la construction de parcs solaires, du stockage de l’énergie qu’ils produisent ou de la passation de contrats verts. l’énergie dans le modèle économique du cPPA.

La participation au jeu est possible conformément à l’art. 7 s. 9 de la loi sur l’énergie

Franciszek Buchta rappelle qu’il n’existe actuellement aucun obstacle formel et légal empêchant la participation financière du secteur privé à la modernisation des réseaux de distribution et précise qu’une telle possibilité est expressément prévue à l’art. 7 s. 9 de la loi sur l’énergie.

Les avis obtenus montrent que la provision qui vient d’être évoquée est, familièrement parlant, la porte d’entrée pour financer la modernisation du réseau avec des capitaux privés ; en même temps, cependant, ce n’est peut-être pas aussi facile qu’il n’y paraît à première vue.

Le conseiller juridique Przemysław Kałek, associé du cabinet d’avocats Radzikowski, Szubielska i Wspólnicy, affirme que la loi sur l’énergie, en règle générale, ne permet pas aux investisseurs de cofinancer l’expansion des réseaux énergétiques dans le but de connecter les sources d’énergie.

Il est indiqué que, conformément à la loi sur l’énergie, l’opérateur est responsable de l’extension du réseau aux fins de raccordement des producteurs ou des consommateurs d’énergie et du financement de ce raccordement, et inclut ces coûts dans son tarif, qui est certifié et approuvé par Le président. Office de régulation de l’énergie.

– D’autre part, il existe une base juridique formelle permettant aux investisseurs de cofinancer la modernisation du réseau aux fins de raccordement de leurs installations de production, ce que l’on appelle le plus souvent le soi-disant liens commerciaux, mais seulement dans une situation particulière – dit Przemysław Kałek. – Article 7 par. 9 de la loi sur l’énergie stipule que si l’opérateur refuse de se connecter au réseau en raison de l’absence de conditions économiques de connexion, il peut déterminer les frais de connexion au réseau d’un montant convenu avec l’investisseur qui soumet la demande de connexion au réseau.

« Nous prévoyons de contacter les sociétés de distribution et la commission parlementaire de l’énergie, du climat et des biens de l’État »

Przemysław Kałek dit que la disposition mentionnée, c’est-à-dire Art. 7 s. 9 de la loi sur l’énergie, a été préparé davantage en termes d’investissements individuels et d’investisseurs individuels, et non comme une réglementation quasi systémique.

– Cela, bien sûr, ne signifie pas qu’il ne peut pas être utilisé dans des cas complexes. Cependant, ce ne sera pas facile si les investisseurs ont l’intention de financer des investissements dans des réseaux consistant à connecter plusieurs sources en même temps – déclare Przemysław Kałek. – A mon avis, quelle que soit l’attractivité de la solution proposée, l’application plus large de l’art. 7 s. 9 de la loi sur l’énergie ne peut conduire à donner la priorité au raccordement commercial, et donc à la violation des droits des sujets qui se raccordent au réseau dans les conditions générales.

Nous avons demandé à Copernic Connect si l’entreprise avait déjà parlé à des gestionnaires de réseau de distribution (GRD) de son projet – et si oui, avec qui et quelle a été la réaction du GRD.

– Nous sommes dans la phase de démarrage des activités d’information, encourageant la consultation de notre idée. Nous prévoyons de contacter les sociétés de distribution et la commission parlementaire pour l’énergie, le climat et la propriété de l’État, a informé Franciszek Buchta à WNP.PL.

Une autre opportunité pour une nouvelle impulsion pour développer le réseau est un projet de loi du gouvernement

Outre le modèle proposé par Copernic Connect, le projet de loi du gouvernement portant modification de la loi sur la préparation et la mise en œuvre des investissements stratégiques dans le domaine des réseaux de transport et de quelques autres lois est une chance de donner un nouvel élan au développement du réseau.

Il a déjà fait l’objet d’un débat public. Il est supposé, entre autres, l’extension de l’application des dispositions de la loi relative à la préparation et à la réalisation des investissements stratégiques dans le domaine des réseaux de transport aux investissements de distribution de la tension 110 kV et plus fonctionnellement liés aux investissements stratégiques dans le transport réseau.

Dans l’évaluation de l’impact du projet, il a été indiqué, entre autres, que la nécessité d’augmenter la capacité des réseaux de distribution est également indiquée par les investisseurs RES, qui font état d’un nombre croissant de refus d’émettre des conditions de raccordement au réseau réseau en raison des limitations techniques du réseau.

« Cela est confirmé, entre autres, par les données de la Société polonaise pour le transport et la distribution d’électricité, qui montrent que le nombre de refus de raccordement des installations SER au réseau en 2020 n’était que de 5 % des demandes soumises, et en 2021, la part de ces décisions était déjà d’environ 25 % », lit-on dans l’analyse d’impact du projet.

Franciszek Buchta estime que l’initiative législative gouvernementale mentionnée est une bonne direction.

– Dans le cadre de notre modèle de levée de capitaux, il existe de réelles chances de résoudre progressivement le problème du réseau en tant que goulot d’étranglement dans le développement des SER en Pologne. Nous disposons de tout le potentiel analytique, financier et exécutif pour réaliser des expertises et moderniser le réseau de distribution. Nous pensons que les sociétés de distribution et les autorités administratives polonaises voudront l’utiliser dans notre intérêt commun – déclare Franciszek Buchta.

Dans la structure des SER par capacité installée – principalement photovoltaïque

Au cours de la session du Sous-comité permanent du Sejm pour une transition juste, mentionnée au début, Anna Łukaszewska-Trzeciakowska a déclaré que, selon les informations de la Société polonaise pour la transmission et la distribution de l’énergie électrique (PTPiREE), à la fin de 2021, la capacité SER dans les contrats conclus pour le raccordement au réseau s’élevait à 19,3 GW, et dans les conditions de raccordement émises à 9,8 GW supplémentaires.

Il a également informé qu’en 2021, les 5 plus grandes OSC polonaises ont dépensé un total de 5,5 mille. conditions de raccordement au réseau pour des sources d’une puissance totale de 9,6 GW, soit une augmentation par rapport à 2020 de 2 000. conditions de connexion au réseau.

Selon les données de l’Agence du marché de l’énergie (ARE), fin septembre 2022, la capacité SER installée en Pologne s’élevait à près de 21 GW, ce qui – calculé d’une année sur l’autre – signifiait une augmentation de près de 37 %.

La structure des SER en termes de capacité installée à fin septembre 2022 était dominée par les dispositifs photovoltaïques (près de 11,1 GW, une augmentation de plus de 74 %) et l’éolien terrestre (environ 7,7 GW, par rapport à l’année précédente, une augmentation de près de 13 %).

La production d’électricité en Pologne au cours des trois premiers trimestres de 2022 – selon les données de l’ARE – a atteint près de 132,6 TWh, dont moins de 28,2 TWh ont été produits en SER. À la même période en 2021, la production d’électricité en Pologne a atteint près de 130,5 TWh, dont environ 27,1 TWh provenant des SER.

Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *