Est-ce la fin de la révolution verte sur la Vistule ? Les fermes solaires pourraient partager le sort des éoliennes

L’essor du photovoltaïque s’est poursuivi ces dernières années. Encouragés par les subventions de l’État, les Polonais installent massivement des installations photovoltaïques. En conséquence, nous avons aujourd’hui près d’un million de consommateurs, et la capacité totale installée de dispositifs photovoltaïques en Pologne a dépassé 8,7 GW en août. On estime qu’elle pourrait atteindre 9 GW en fin d’année. C’est beaucoup plus que ne le supposait le gouvernement. Selon la « politique énergétique polonaise jusqu’en 2040 », la Pologne était censée atteindre un niveau de puissance de 5 à 7 GW en 2030.

L’augmentation du nombre de fermes solaires est également le résultat de l’intérêt croissant pour l’électricité solaire. Malheureusement, leur développement peut être bloqué. La raison? Au cours de la dernière année, les investisseurs pour les installations de réseau se sont vu massivement refuser de se connecter au réseau. Nous avons écrit sur ce problème au début de cette année, et rien n’a changé depuis lors.

– Actuellement près de 90 pour cent. Les demandes soumises par les investisseurs sont rejetées pour la connexion – admet Michał Suska, président d’Energomix et expert du Business Center Club.

Les opérateurs refusent de se connecter, même à eux-mêmes

Pourquoi les opérateurs refusent-ils de connecter de nouvelles installations au réseau ? Selon les experts, le développement rapide des SER a révélé les problèmes existants, notamment le mauvais état technique des réseaux énergétiques. Rappelons-nous, près de 40 %. d’entre eux ont été construits il y a plus de 40 ans et ont aujourd’hui besoin d’une profonde modernisation. De plus, le raccordement des nouveaux utilisateurs au système dépend des capacités disponibles, alors que notre réseau électrique n’est pas en caoutchouc.

En attendant, les opérateurs eux-mêmes admettent officieusement dans une conversation avec nous que le problème concerne tout le pays. En conséquence, parfois même des situations bizarres se produisent, comme le P.les opérateurs refusent de rejoindre le réseau … eux-mêmes. Il convient d’ajouter que les plus grandes sociétés énergétiques sont parmi les plus gros investisseurs dans les fermes photovoltaïques.

L’idée de partager un réseau peut être un moyen de se connecter

Selon Jacek Kosiński, avocat et associé du cabinet d’avocats Jacek Kosiński Adwokaci et Radcowie Prawni, obtenir les conditions de connexion pour la construction d’une ferme solaire relève presque du miracle. Selon lui, les plus grandes entreprises opérant sur le marché du photovoltaïque en Pologne ont été rejetées aujourd’hui.

Cependant, il existe un moyen de sortir de cette situation. – La solution à ce problème peut être le soi-disant consentement conditionnel. Cela consiste pour l’investisseur à obtenir un permis pour connecter la ferme solaire au réseau, mais aussi à se rappeler que, lorsque le besoin s’en fait sentir, il devra l’éteindre périodiquement – explique l’avocat.

Il ajoute que le soi-disant Connecter les câbles, ou l’idée de partager l’infrastructure énergétique entre le parc éolien et le parc solaire. En pratique, selon ce principe, les parcs éoliens peuvent fournir de l’électricité principalement la nuit, en automne et en hiver, et des panneaux solaires les jours sans nuages ​​du printemps et de l’été.

– C’est certainement une bien meilleure solution que de refuser complètement de connecter le nouveau générateur au réseau. Grâce à cela, deux unités de production différentes, une photovoltaïque et une éolienne, peuvent produire de l’énergie au sein d’une même connexion. – Explique.

La suite de l’article sous la vidéo

Voir également: La Pologne entre dans la centrale nucléaire. « Il va falloir former les gens »

Le gouvernement a dépensé l’argent destiné à la modernisation du réseau à d’autres fins

Le motif le plus courant de refus de raccordement au réseau est « l’absence de conditions techniques de raccordement en termes de capacité de raccordement ». Nos interlocuteurs disent que derrière cette formule générale, il y a surtout un manque d’argent pour l’expansion des réseaux de distribution.

Rafal Gavin, le président de l’ORE l’a récemment reconnu près de 100 milliards de PLN sont nécessaires pour la modernisation des réseaux énergétiques afin de les adapter au développement des sources d’énergie renouvelables.

Où trouver les fonds pour cela ? Théoriquement, l’argent à cet effet aurait dû provenir de la vente d’unités d’émission de CO2. Ajoutons que la Pologne a reçu un total de 45 à 50 milliards de PLN de la vente aux enchères de permis au cours des seules années 2019-2021. Cet argent n’est toutefois pas destiné à la modernisation du réseau.

Selon le rapport du gouvernement pour cette période, l’argent a servi, entre autres, à soutenir le programme ferroviaire national (662 millions PLN pour les investissements dans l’infrastructure ferroviaire) et le programme de construction ou de modernisation des gares (2,5 millions PLN).

Le quotidien « Rzeczpospolita » a également rapporté qu’une grande partie était dépensée pour compenser le manque à gagner des recettes fiscales, causé par la réduction des taux de TVA. Près de 913 millions de PLN ont été nécessaires pour compenser les pertes dues à la réduction de la TVA à 8 %. pour les tickets de transport public : chemin de fer et ville. De plus, 872 millions de PLN ont été alloués à l’énergie nucléaire au cours de ces années, bien que ni la centrale nucléaire ni les travaux de construction n’aient commencé à cette époque.

Près de 250 millions de PLN dans le cadre du paiement du Fonds de reprivatisation ont également été versés à la société Electro Mobility Poland, responsable de la création de la marque polonaise de voitures électriques.

Certains entrepreneurs privés veulent participer à la modernisation du réseau

Pendant ce temps, un groupe d’entrepreneurs qui se sont vu refuser de connecter de nouvelles fermes solaires a eu l’idée de financer la modernisation des réseaux électriques en partie avec de l’argent privé. Celle-ci consisterait à s’allier aux entreprises dont les demandes de conditions de raccordement ont été rejetées.

– Notre idée concerne les applications qui remplissent toutes les conditions, y compris les conditions environnementales et de développement, et ne sont pas connectées à la dernière étape. Nous avons déjà consolidé environ 5 GW d’énergie solaire dans nos fermes solaires, ce qui a été rejeté. L’échelle des projets réduira les coûts de modernisation pour chaque 1 MW signalé, de sorte que le financement de la modernisation du réseau cessera d’être un obstacle. – dit Franciszek Buchta, président de Copernic Connect, qui est l’auteur de l’idée.

Selon lui, les personnes intéressées par cette entreprise sont, entre autres, des fonds d’investissement luxembourgeois, lituaniens, estoniens, français, allemands et espagnols, qui investissent dans le monde entier dans des centrales solaires et éoliennes.

– Nous avons le potentiel analytique, financier et exécutif pour réaliser des expertises et moderniser le réseau de distribution. Nous pensons que les sociétés de distribution polonaises et les organes administratifs voudront l’utiliser dans notre intérêt commun. Actuellement, nous avons déjà entamé les premières discussions avec le secteur public – ajoute Franciszek Buchta.

Le ministère du Climat a préparé une loi qui accélérera les investissements dans le réseau

En octobre, le gouvernement a préparé un projet que l’industrie des SER attend avec beaucoup d’espoir. Il s’agit d’amendements à la loi relative à la préparation et à la mise en œuvre des investissements stratégiques dans le domaine des réseaux de transportpréparé par le ministère du Climat.

À la mi-octobre, le projet a passé toutes les consultations. Le document prévoit la couverture des investissements clés dans les réseaux de transmission avec des procédures administratives accélérées. Il comprendra 62 projets d’investissement pour la modernisation des réseaux de distribution.

Le ministère du Climat justifie la nécessité de faire évoluer la réglementation par le développement dynamique des énergies renouvelables. En pratique, la nouvelle loi devrait accélérer l’intégration de ces installations dans le système énergétique du pays.

Un projet gouvernemental raccourcit, entre autres, jusqu’à six mois nécessaires pour obtenir une décision sur le droit d’exproprier des terres pour des investissements dans les énergies renouvelables. Les entreprises énergétiques pourront également construire des réseaux de distribution plus rapidement, c’est-à-dire réseaux basse et moyenne tension.

– C’est une très bonne direction. En conséquence, il existe de réelles opportunités pour résoudre progressivement le problème du réseau en Pologne en tant que goulot d’étranglement dans le développement des sources d’énergie renouvelables – commente Franciszek Buchta.

Cependant, les experts soulignent que les nouvelles réglementations ne résolvent pas le problème fondamental, à savoir le manque d’argent. Ils rappellent également que les sociétés énergétiques n’auront pas de fonds pour de nouveaux investissements l’année prochaine en raison de la loi sur le gel des prix de l’énergie. Dans la pratique, les nouvelles réglementations minimiseront les profits des compagnies énergétiques.

Les investisseurs RES qui ont des conditions de connexion bloquent l’accès aux autres

Lors de la préparation de ce matériel, nous avons envoyé des questions au ministère du Climat, entre autres, nous avons demandé la raison du refus de connecter de nouvelles installations SER au réseau. Nous attendons des réponses. Nous avons également interrogé les plus grandes sociétés énergétiques à ce sujet. Les représentants de l’entreprise nous ont dit qu’ils avaient besoin de plus de temps pour répondre, cependant, dès que nous les recevrons, nous mettrons à jour cet article.

Pour cela, nous avons reçu un commentaire des réseaux énergétiques polonais.

Maciej Wapiński de PSE informe que selon la simulation le potentiel total de production d’énergie renouvelable à partir des installations existantes et de celles disposant de conditions de raccordement est supérieur à 100 TWh par an. A titre de comparaison, la demande actuelle d’électricité est d’environ 160 TWh.

– Cela signifie que, si tous les projets prévus avec des conditions de connexion sont construits, d’ici la fin de la décennie, plus de la moitié de l’électricité proviendra des SER. L’affirmation selon laquelle les réseaux de transport sont un obstacle au développement des sources d’énergie renouvelables est donc exagérée, commente Maciej Wapiński de PSE.

Il ajoute qu’il serait bon que les investisseurs les réalisent. – Lorsqu’ils reçoivent les conditions de connexion, ils « réservent » une place dans le réseau. Si un certain projet n’est pas créé, il bloque l’accès aux autres – explique-t-il.

Il rappelle également qu’ils négocient actuellement avec le président de l’ERO sur un nouveau plan de développement du système de transmission. Les investissements prévus par celle-ci devraient permettre le raccordement d’autres sources.

L’expert prête également attention à d’autres questions.

– Dans les moments où la production d’énergie à partir des SER dépasse la demande, l’énergie excédentaire doit être utilisée. – Tant que nous n’avons pas un grand stockage d’énergie, il s’agit de son exportation. On ne sait cependant pas si d’autres pays n’auront pas des excédents énergétiques en même temps. – note Maciej Wapiński.

Selon Grzegorz Wiśniewski, président de l’Institut des énergies renouvelables, la solution à ce problème peut être la construction d’un stockage de chaleur saisonnier dans les installations de chauffage. – Cela augmenterait le potentiel de connexion pour les grandes sources d’énergie renouvelables, car le système énergétique est un ensemble de nombreux navires connectés – commente-t-il.

Dans le même temps, il ajoute qu’avec l’ampleur actuelle des refus de raccordement au réseau, uniquement pour les fermes solaires, rattraper le retard de longue date avec les contraintes budgétaires actuelles n’apportera une amélioration sur le marché des SER qu’à la fin de cette décennie.

Agnieszka Zielińska, journaliste money.pl

Si vous souhaitez rester au courant des derniers événements économiques et commerciaux, utilisez notre Chatbot en cliquant ici.

Évaluez la qualité de notre article :

Vos commentaires nous aident à créer un meilleur contenu.

Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *