Hyundai IONIQ 6 : autonomie jusqu’à 614 km, aérodynamisme extrême. La première

La IONIQ 6 est une autre voiture entièrement électrique de Hyundai. Cette fois, il s’agit d’une berline à l’aérodynamisme extrêmement bon, qui, combinée à une conduite efficace, permet une autonomie allant jusqu’à 614 km (WLTP). La voiture sera disponible avec deux batteries, traction intégrale ou propulsion, ainsi que trois options de puissance : 151, 229 et 325 ch. Aujourd’hui, c’était la première polonaise de cette voiture et nous avons eu l’occasion non seulement de voir la IONIQ 6, mais aussi de s’y asseoir.

Hyundai s’efforce de faire en sorte que chacune de ses voitures électriques se démarque et se démarque dans une certaine mesure de la gamme de la marque. La IONIQ 5 est un SUV étonnamment grand, la Kona Electric est un crossover urbain, et bientôt la Hyundai IONIQ 6 prendra la route, une berline avec une résistance à l’air extrêmement faible et un design très excitant et polarisant. Tout d’abord, quelques informations de fond :

La Hyundai IONIQ 6 est une berline 5 places avec un empattement long et une ligne de toit fortement inclinée qui se fond dans un hayon à double aileron. De ce point de vue, le design de la IONIQ 6 ressemble clairement à la Porsche 911 classique. On voit bien que chaque élément, même chaque détail, a été pensé pour réduire la traînée aérodynamique. L’effet? Le facteur Cd n’est que de 0,21 !

Combiné à des moteurs économes en carburant, auxquels Hyundai nous a déjà habitués (exemple : (Kona électrique – consommation d’énergie), l’IONIQ 6 affiche une demande d’électricité sensationnellement faible, ce qui se traduit bien sûr par une longue autonomie, et nous le savons parce que la voiture a déjà passé le processus d’homologation WLTP. Trois versions de puissance sont disponibles en combinaison avec une transmission intégrale, une propulsion arrière et deux batteries :

  • IONIQ 6 53 kWh 2WD : 111 kW (151 ch), autonomie 429 km, 13,9 kWh/100 km,
  • IONIQ 6 77,4 kWh 2WD : 168 kW (229 ch), autonomie 614 km, 14,3 kWh/100 km,
  • IONIQ 6 77,4 kWh AWD : 239 kW (325 ch), autonomie 583 km, 15,1 kWh/100 km,

Les jantes utilisées sont ici très importantes : les résultats ci-dessus sont pour des jantes de 18 pouces, mais avec des jantes de 20 pouces (uniquement disponibles pour la version 77,4 kWh), la consommation énergétique augmente sensiblement : de 15,1 à 16,9 pour la version AWD. Des jantes plus larges réduisent l’autonomie d’environ 65 km. Cependant, ce n’est pas seulement à cause de leur taille, c’est aussi à cause de leur forme – les 18 pouces sont juste beaucoup plus aérodynamiques, et les 20 pouces sont juste censés être beaux.

Les becquets clairement marqués dans la partie arrière de la carrosserie, ainsi que le diffuseur sous la voiture, sont bien sûr conçus pour organiser le flux d’air de manière à éliminer les turbulences derrière le véhicule.

La charge est tout aussi importante, et ici la IONIQ 6 a de quoi être fière : grâce à l’architecture 800 V, la puissance de charge peut aller jusqu’à 350 kW, ce qui permettra de recharger 70 % de la capacité nette de la batterie (de 10 à 80 %) en seulement 18 minutes ! C’est un gros avantage des voitures électriques de la famille IONIQ par rapport à la concurrence.

Le IONIQ 6 dispose également d’une fonction V2L, il vous permet donc d’alimenter d’autres appareils directement depuis la voiture.

Hyundai IONIQ 6 à l’intérieur

L’intérieur de la IONIQ 6 rappelle beaucoup ce que l’on connaît de la IONIQ 5. On a donc deux écrans devant le conducteur, un design simple et soigné de l’ensemble, une console centrale « légère » et un design très intéressant de la volant, dans lequel quatre LED informent sur différents processus : par ex. sur le niveau de charge de la batterie. C’est vraiment de la bonne qualité ! Les matières sont très agréables au toucher et dans la plupart des cas douces.

Il a été décidé de déplacer la commande des vitres et le verrouillage centralisé vers le tunnel central, ce dont je n’ai jamais été fan, mais c’est peut-être une question d’habitude. Il y a beaucoup de ports d’alimentation à l’intérieur, il y a même de la place pour… USB Type A (les quatre autres sont bien sûr USB Type C).

Quant à la quantité d’espace, il est facile de prendre le volant. Le réglage du siège est très large et il y a beaucoup d’espace pour les jambes. Au-dessus de la tête. Je mesure 1,84 et je n’ai que quelques centimètres d’espace libre. Quand je me suis assis « derrière », j’avais encore environ 20 cm d’espace devant mes genoux, ce qui est une excellente nouvelle, mais c’était pire que lorsque je m’appuyais contre l’appui-tête, ma tête touchait le rembourrage.

Le coffre est assez spacieux, mais malheureusement la trappe de chargement – comme une berline – limite sévèrement ce que l’on peut y mettre.

Miroirs virtuels

En option, la Hyundai IONIQ 6 peut être équipée de rétroviseurs virtuels, qui sont présentés sur les photos. Il sera temps d’évaluer leur mise en œuvre, car la qualité de l’image transmise ne peut être déterminée de manière réaliste qu’en conduisant. Actuellement, le cadre de l’écran qui affiche l’image est, à mon avis, inutilement épais. Le boîtier de l’appareil photo lui-même pourrait également être un peu plus petit et est un peu en contradiction avec une telle attention aux détails en matière d’aérodynamisme, mais peut-être que cette forme est juste…

Lorsque?

La Hyundai IONIQ 6 devrait atteindre les premiers clients début 2023.

Personnellement, je suis très heureux que cette voiture prenne les routes, car le choix d’une voiture électrique qui ne soit pas un SUV, ou une petite berline est cependant très limité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *