Notre objectif est de gagner des actions, des sets et des matchs

– Il y a une très bonne ambiance dans l’équipe, toute l’équipe s’entend bien. Notre objectif principal est un jeu ambitieux, nous voulons gagner des actions, des sets et des matchs. Mon objectif personnel est de présenter un volleyball bien organisé – a déclaré Marcin Wojtowicz, entraîneur du groupe Roleski Azoty Tarnów.

L’équipe a été reconstituée par rapport aux jeux précédents, mais comme la dernière fois vous avez choisi les joueurs avec lesquels vous avez eu l’opportunité de travailler. Vous êtes donc le type de formateur qui aime miser sur des solutions éprouvées ?

Marcin Wojtowicz : – Pour neuf nouveaux joueurs, j’ai eu le plaisir de travailler uniquement avec Kasia Marcyniuk et Ol Żurawska. Une demi-saison en tant qu’entraîneur adjoint avec Ola Szczepańska. Cela ne change rien au fait que je connais la plupart des joueurs, sinon personnellement, je les ai vus jouer ces dernières années. La signature des joueurs est généralement précédée d’une analyse de leur jeu, d’une sélection psychologique, donc plus l’entraîneur en sait sur les joueurs, plus il sera facile de les intégrer dans l’équipe. Les solutions éprouvées ne le sont peut-être pas, mais nous voulons en savoir le plus possible sur les joueurs qui joueront avec nous. Une coopération antérieure avec certains d’entre eux ne fait que faciliter la tâche. C’en est une autre de tout organiser pour que l’équipe soit organisée, et il y a toujours un très grand nombre de variables. Parfois, deux éléments changent radicalement les concepts.

Nikolina Lukić et Julia Gierasimowa sont des joueuses expérimentées, d’où est venue l’idée de signer ces noms, comment ont-elles convaincu le staff technique de parier sur elles ? Pouvez-vous m’en dire plus sur ces joueurs ?

– Nous avons eu la promotion relativement tard. Grâce aux séries éliminatoires de la saison précédente, toute la force du personnel professionnel est allée gagner la ligue et la promotion. Alors exceptionnellement dans cette période, Piotr Szablowski a pris les problèmes de transfert sur ses épaules, qui s’est penché sur les marchés étrangers et a proposé les deux joueurs, et bien plus tard Elena Becheva. Après avoir analysé toutes les options, Nikolina Lukić et Julia Gerasimowa et la susmentionnée Elena se sont retrouvées dans notre club. Nikolina est une joueuse qui a joué dans les meilleurs clubs de Serbie, dont elle est originaire. Julia est aussi une représentante de son pays. Elle vient d’Ukraine. Elena nous est revenue tout droit du championnat du monde où elle a représenté la Bulgarie. Ce sont des joueurs expérimentés, ils s’intégreront certainement bien dans notre équipe et les aideront à se battre pour des victoires dans les matchs de la Ligue TAURON.

Marta Łyczakowska a perdu la saison en raison d’une blessure. Y avait-il des inquiétudes concernant sa forme de pré-saison? Elle a également été choisie comme capitaine de l’équipe, donc l’équipe a de grands espoirs pour elle, c’est probablement une saison importante pour elle et un bon endroit pour se remettre en forme ?

– Oui, ce fut une période difficile pour Marta, d’autant plus qu’elle a été précédée de très bons matchs à Rzeszów, ce qui lui a valu d’être nommée dans l’équipe. Nous étions en contact permanent avec Marta avant la saison, elle nous a même encouragés depuis les tribunes lors de la finale de l’année dernière. Nous avons également eu l’avis des médecins et nous espérons vivement que tout se passera comme avant. Marta est avec nous, elle joue bien, elle a été choisie comme capitaine, donc elle a pris beaucoup de confiance. Il me semble que cette saison, pas seulement pour Marta, est très importante. Le fait que Marta soit avec nous jusqu’à présent, à la maison, tout va bien, principalement à cause de sa santé, nous sommes tous très satisfaits.

Pour certaines joueuses, comme Wiktoria Kowalska, Klaudia Świstek ou Katarzyna Marcyniuk, c’est aussi l’occasion de se montrer à un public plus large, peut-on dire que ce sera une saison pour elles ?

– Les filles sont dans notre club, elles jouent dans la ligue la plus élevée et tout est entre leurs mains. Ils travaillent dur car il y a certainement une opportunité de se montrer. Chacun d’eux a la capacité et les compétences pour rester plus longtemps dans la ligue TAURON, ils sont très ambitieux et feront certainement de leur mieux pour y parvenir. Ils forment une équipe bien coordonnée, ce qui leur donne une bonne chance de réaliser leurs rêves.

Ola Szczepańska est un défenseur très expérimenté et a probablement un style de jeu légèrement différent de celui de Marta, est-ce un avantage supplémentaire pour l’équipe ?

– Ola et Marta se complèteront sûrement bien. Ils représentent un style de jeu légèrement différent, donc ce sera certainement un point positif. Cela nous donne un peu plus de chance de profiter de tous les avantages. Je suis satisfait d’une telle sélection de meneurs de jeu.

En ce qui concerne le poste de libéro, les fans peuvent être tranquilles, car Ola Żurawska et Anna Pawłowska ont déjà fait leurs preuves, y a-t-il une paix dans le personnel d’entraîneurs à ce poste ? Quelles sont les différences entre ces joueurs et quelles sont leurs qualités ?

– La position de libéro dans notre club est, à mon avis, la plus égale de toutes. Les filles rivalisent très bien entre elles. Vous pouvez vraiment voir, d’entraînement en entraînement, qu’ils ajoutent des « briques » individuelles à leur jeu. Avant chaque match j’ai une impression, et je suis même persuadée que j’aurai un gros problème pour choisir une des filles de l’équipe du match. C’est un mal de tête tellement « positif ». Ils ont un style de jeu un peu différent. Ania est plus énergique, elle est partout sur le terrain. Ola, en revanche, est excellente en systèmes, elle prédit beaucoup. C’est très général car les deux peuvent jouer dans les deux sens. Ils défendent bien, occupent le même niveau. Certes, les deux filles sont une force motrice positive dans notre défense et notre persuasion. Je pense qu’ils seront tous agréablement surpris. J’aime vraiment leur compétition et j’aimerais pouvoir les avoir sur le terrain en même temps.

Rybak et Szumera ont récemment rejoint l’équipe, pourquoi ces joueurs ont-ils été sélectionnés et que peuvent attendre d’eux les supporters et le staff technique ?

– Ada et Viktorija nous ont récemment rejoints. Les deux filles ont joué dans un très bon club de première division jusqu’à présent et y étaient les personnages principaux. Comme il s’est avéré qu’il était possible d’embaucher des filles, nous en avons immédiatement profité. Je pense qu’il va bien s’intégrer dans l’équipe et s’adapter rapidement aux conditions de la Ligue TAURON.

Comment se sont déroulés les préparatifs de cette saison ? Quel a été le plus grand moment fort ?

– La période préparatoire s’est déroulée sans aucun problème. Tout d’abord, les filles ont très bien réussi et ont travaillé dur pour lui. C’est aussi important qu’on ait réussi à éviter les blessures, ce qui est rare dans cette période. Il n’y a jamais eu de moment où quelqu’un a dû faire une longue pause. La préparation s’est déroulée en trois phases, dans lesquelles nous avons mis l’accent à chaque fois sur des éléments moteurs, techniques ou tactiques différents. Nous les avons terminés à cent pour cent.

Le manque d’Elena Becheva, causé par son apparition à la Coupe du monde, a-t-il été un problème pour intégrer la joueuse dans l’équipe ? Comment évaluez-vous cette joueuse, surtout faut-il souligner qu’elle fait partie de l’équipe nationale de son pays ?

– La capacité de représenter votre pays est importante pour chaque joueur. Elena s’entraînait tout le temps. Nous étions constamment en contact avec elle et l’entraîneur du personnel. Lorsque vous jouez au plus haut niveau, vous devez être préparé à ces situations, donc nous n’avons pas vu cela comme un problème. Après le retour d’Elena, il n’y a eu aucune différence dans la préparation motrice et l’intégration du joueur dans l’équipe s’est bien déroulée. On a une bonne ambiance dans l’équipe donc ça va très vite.

De quoi avez-vous peur avant la nouvelle saison ?

– Je ne me concentre jamais sur mes peurs car cela n’a aucun sens pour moi. Nous devons travailler dur pour être un adversaire égal pour tout le monde dans cette ligue, et les peurs ne font que nous gêner. Nous essayons de diagnostiquer les problèmes et de les résoudre sur une base continue. Nous nous concentrons sur le travail quotidien. Nous voulons le faire du mieux possible.

Dans une récente interview, Adam Kokoszka, le président de l’entreprise, s’est fixé comme objectif de rester dans le meilleur groupe, et quel est l’objectif de l’entraîneur Marcin Wojtowicz ?

– Je veux que notre équipe joue de manière ambitieuse et présente un volleyball bien organisé et efficace. Nous voulons faire de notre mieux pour montrer sur le terrain à quel point nous tenons à ce que tout le monde soit satisfait de nous. Le but est de gagner des actions, des sets et, in fine, un maximum de matchs. Finalement, nous verrons où cela nous mène. Nous gardons les pieds sur terre et approchons là où nous sommes avec humilité. Je ne me fixe pas de minimum et de maximum. Je sais où nous devons être et la ligue vérifiera.

Quel est le plus gros atout de cette équipe ? Est-ce une combinaison de jeunesse et d’expérience?

– Notre plus grand atout est l’équipe et son ambiance. Nous voulons nous amuser avec le volley-ball et jouer d’une manière qui passionne les fans. On sait que des temps pires arrivent, mais comment nous coopérerons les uns avec les autres, comment nous avancerons ensemble vers le but, ce sera notre plus grande force. Il est également impossible de surestimer à quel point les filles travaillent dur, à quel point elles veulent perfectionner leurs compétences pour gagner.

Le premier match à Bydgoszcz, qui s’est soldé par une défaite 1:3, est derrière nous. Dans le premier set, les filles ont plutôt bien joué, gagnant à 20, tandis que dans les deuxième et troisième jeux, il semblait qu’une équipe complètement différente est sortie sur le terrain, quel a été le résultat ?

– Au début, le match à Bydgoszcz s’est bien passé pour nous. Nous avons joué courageusement, réalisé ce que nous supposions. En contrebas, l’air semble nous avoir échappé. On a fait trop d’erreurs simples, surtout en attaque. De plus, Monika Gałkowska était imparable, gagnant pratiquement avec nous seuls. Nous n’avons pas trouvé de recette pour son jeu.

A Kalisz, en revanche, les deux premiers sets des joueurs de Tarnów ont dominé, puis l’équipe locale a pris la parole, et à la fin elle a montré beaucoup de caractère aux Benimankas, comment ce résultat du tie-break s’est-il inversé ?

– Le match suivant à Kalisz, dans lequel nous avons dicté les conditions des deux premiers sets, a eu un tout autre déroulement. Dans les jeux suivants, le jeu de l’adversaire se superposait et nous avions de grandes difficultés à exécuter l’action. Le tie-break était avant tout un combat ambitieux de part et d’autre. Les filles ont laissé toute leur force et leur cœur sur le terrain, ont inversé le sort du match décisif avec un score de 4:8 et ont gagné. Grande joie, car on prend 2 points à un lot difficile, après la victoire d’une équipe qui vise sûrement le top 6.

Le calendrier du Roleski Grupa Azoty ANS Tarnów ne s’est pas bien déroulé non plus, l’équipe, y compris la Coupe de Pologne, jouera jusqu’à cinq matchs à l’extérieur, comment cela affecte-t-il les joueurs et leur préparation pour les matchs ?

– Nous n’avons aucune influence sur le calendrier, vous devez donc vous y préparer du mieux que nous pouvons. Quant au fait que nous jouons à l’extérieur… C’est parce que nous n’avions pas de salle libre aux dates auxquelles nous étions censés les jouer à Jaskółka. D’où les changements et 5 départs de suite.

Auteur de l’interview : Konrad Gaweł

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *