Les Russes estiment qu’ils ne bloquent pas la mise en œuvre de la 5G en Pologne

L’introduction d’une nouvelle génération de réseaux cellulaires était également une excuse pour augmenter le nombre de bandes de fréquences radio qu’ils utilisent. À cette fin, l’Union européenne a réservé, entre autres, la bande 700 MHz, actuellement utilisée par la télévision terrestre. Cependant, la Pologne a un énorme problème avec la modification de l’utilisation de ces fréquences. L’un d’eux est les appareils de communication radio russes qui peuvent interférer avec les réseaux 5G polonais. À leur tour, les Russes pensent qu’un tel problème n’existe pas du tout…

Un réseau cellulaire ne peut pas fonctionner sans une bonne gestion des fréquences radio. À son tour, la technologie que nous connectons avec un Internet mobile encore plus rapide pourra utiliser presque toutes les bandes radio. Les vitesses les plus élevées seront disponibles dans la gamme millimétrique, c’est-à-dire 5G mmWave. En Pologne, il s’agira de fréquences de l’ordre de 28 GHz. Dans le même temps, nos opérateurs nationaux ne sont pas particulièrement intéressés par l’utilisation de ces hautes fréquences. Il est vrai qu’Orange teste déjà le fonctionnement du réseau 5G à 28 GHz à Zakopane. Cependant, l’ensemble du monde des télécommunications s’accorde à dire que cette gamme ne permettra pas un accès universel à Internet. Le problème ici est la physique elle-même. Une onde radio d’une fréquence de 28 GHz est presque deux cents fois plus faible qu’un signal de la bande 2100 MHz. Par conséquent, pour l’utilisation généralisée des réseaux 5G, il est nécessaire d’adapter des bandes de fréquences radio inférieures.

La bande 700 MHz est le seul espoir de couverture 5G nationale

Les États membres de l’Union européenne ont convenu fin décembre 2016 que des fréquences comprises entre 694 MHz et 790 MHz seront attribuées pour les besoins des nouveaux réseaux 5G. On parle donc de près de 100 MHz de bande passante continue qui pourraient être partagées entre 4 opérateurs. La bande 700 MHz est généralement utilisée en mode FDD (Duplex à répartition en fréquence), ce qui signifie généralement l’utilisation de certains blocs de fréquences dans ce que l’on appelle des « paires » utilisées pour le téléchargement et le téléchargement de données. Cependant, le contrôleur peut également distribuer des blocs SDL (Liaison descendante supplémentaire). En conséquence, les opérateurs pourraient réserver une plage de fréquences plus large pour le téléchargement de données et une plus étroite pour l’envoi de données. Cela a été fait par l’un des opérateurs suisses qui a acheté une réservation pour un bloc de 2 × 5 MHz (FDD) et 10 MHz (SDL). Grâce à cela, les données des utilisateurs seront téléchargées sur un canal 15 MHz et envoyées sur un canal 5 MHz. L’inconvénient de cette solution est un téléchargement beaucoup plus lent.

Actuellement, les fréquences les plus basses dont disposent les opérateurs polonais sont celles appartenant à la bande 800 MHz. La répartition est la suivante :

  • Orange et T-Mobile : 2x 10 MHz,
  • Lecture : 2x 5 MHz,
  • libre : 2x 5 MHz (bloc émis par Sferia).

Cela donne un total de 30 MHz de bande passante utilisable. L’ajout de blocs de la nouvelle bande de 700 MHz à cela signifierait que les opérateurs polonais pourraient fournir des vitesses 5G décentes même dans les zones rurales. Il est vrai qu’il ne s’agirait pas de débits de l’ordre de 1 Gbit/s, mais un débit inférieur d’un ordre de grandeur devrait être suffisant pour une utilisation gratuite d’Internet et le fonctionnement des services M2M (De machine à machine) et l’Internet des objets. Trois opérateurs polonais sur quatre devraient déjà disposer d’un réseau de stations de base qui leur permettra de construire un réseau 5G national. La capacité de charge acceptable des mâts existants peut être un problème. D’autre part, Play doit abandonner l’itinérance nationale d’ici la fin de 2020, ce qui équivaut à disposer d’un nombre suffisant de ses propres stations de base.

La 5G en Pologne et le cas russe

Malheureusement, il se peut que les opérateurs polonais ne puissent pas utiliser la bande 700 MHz dans certaines régions de notre pays. Il s’agit principalement de la partie nord-est de la Pologne. Dans la zone frontalière (et à plusieurs dizaines de kilomètres à l’intérieur des terres), il peut y avoir des interférences provenant d’appareils de télécommunication russes situés dans le district de Kaliningrad. Il ne s’agit pas d’une perturbation particulière des réseaux 5G polonais, mais d’un manque de coordination transfrontalière des systèmes utilisés. Le problème vient du fait que la Russie n’a pas encore décidé d’utiliser la bande 700 MHz pour les besoins du réseau 5G. Cette bande est utilisée par les stations de télévision terrestres, le système radio de navigation à courte portée (RSBN) et le groupe de balises. Par conséquent, comme l’a rapporté Rzeczpospolita, la Lituanie devrait nous aider dans les négociations avec Roy. Dans le même temps, des discussions sont en cours en Pologne sur les coûts de déplacement des diffuseurs de télévision terrestre vers une autre bande de fréquences.

Si le « conflit » interne sur la bande 700 MHz concerne surtout les finances, il y a un aspect politique dans les négociations avec la Russie. Les médias polonais rapportent que la Russie bloque le développement de la 5G en Pologne. L’état actuel des connaissances sur ce sujet indique que les interférences des stations de télévision peuvent avoir un impact négatif sur le fonctionnement du réseau 5G dans la bande 700 MHz, même dans la moitié de la Pologne.

Interférence UKE 700 MHz

Les Russes pensent que leurs systèmes n’affecteront pas la 5G en Pologne

À son tour, la presse pro-russe cite un expert de TSS suggérant que les systèmes russes n’interféreront pas avec les systèmes opérant en Pologne :

« En ce qui concerne d’éventuelles perturbations russes en Pologne, les données techniques doivent être mentionnées. S’il est vrai que la Russie propose la bande de fréquence 700 MHz pour la 5G, elle n’émettra aucune interférence. Cela est dû au fait que plus la fréquence est basse, plus l’onde est large, de sorte qu’elle circule avec succès autour des objets, sans interférer avec le fonctionnement de l’équipement « – Ilya Sharapov, directeur technique de OOO TSS

Nous pouvons être partiellement d’accord avec la déclaration ci-dessus. Si la Russie utilise toute la bande 700 MHz pour les besoins du réseau 5G, le problème des interférences n’existera pas vraiment. En effet, les opérateurs peuvent coordonner les identifiants PCI de manière à minimiser les interférences entre les stations de base utilisant les mêmes canaux radio. Cependant, la Russie n’a jusqu’à présent pas annoncé de modification de l’attribution des fréquences dans la gamme de 694 MHz à 790 MHz, ce qui signifie la possibilité d’interférences provenant d’autres systèmes de communication radio. Une telle politique n’est pas non plus bénéfique pour la 5G russe. Les opérateurs locaux devront construire des réseaux 5G en utilisant d’autres fréquences qui ont une portée bien pire.

Source : Spoutnik, Rzeczpospolita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *