Hausse du prix de l’électricité cette année ? Président de l’Office de régulation de l’énergie : il faut attendre

Cela fait un an que l’équipe fondée par le président de l’ERO, qui travaille sur la Charte pour la transformation efficace des réseaux de distribution de l’industrie polonaise de l’énergie, a commencé ses travaux. Les entreprises de distribution, les ministères et le régulateur cherchaient des réponses sur la façon de développer le réseau de distribution pour faire face à la montée en puissance des SER. Qu’avez-vous réussi à résoudre ?

Nous avons terminé la conception et atteint les objectifs que nous nous étions fixés il y a un an lorsque nous avons commencé à travailler sur la carte. Nous avons analysé les besoins de développement des gestionnaires de réseaux de distribution, identifié des outils et des scénarios d’investissement. Nous avons élaboré un scénario modéré, c’est-à-dire des investissements nécessaires jusqu’en 2030, et un scénario de développement – comprenant des investissements au sens large de la politique énergétique jusqu’en 2040. Dans le cadre de nos travaux, nous nous sommes également attachés à identifier les sources de financement de ces investissements. Ces sources sont le tarif et l’aide extérieure, c’est-à-dire les fonds de l’UE, qui peuvent couvrir les besoins d’investissement des distributeurs. Nous avons également évalué l’impact de ces dépenses financières prévues sur le niveau tarifaire. La deuxième activité consistait à souligner les actions clés et spécifiques qui doivent être entreprises pour mettre en œuvre les hypothèses de la carte. Il s’agit de propositions d’évolutions légales, ainsi que celles concernant le modèle réglementaire et la mise à jour de la méthode de détermination du rendement des capitaux investis, qui doivent permettre la réalisation de l’investissement. Les signataires de la charte sont le président d’ERO et les cinq plus grands gestionnaires de réseau de distribution (GRD) de Pologne. L’onglet est ouvert pour ajouter d’autres sociétés du réseau.

Quel sera le résultat des travaux en dehors des recommandations d’évolution de la loi et des calculs ?

L’effet principal sera les plans de développement de l’opérateur. Ils doivent refléter les besoins d’investissement identifiés sur la carte. La charte crée un environnement réglementaire stable pour les entreprises énergétiques à long terme dans le domaine de l’investissement dans le réseau (modernisation et développement du réseau). En outre, la charte se traduira par des travaux supplémentaires sur la mise en œuvre de services de flexibilité et de numérisation du réseau, ainsi que de nouvelles solutions fonctionnelles et juridiques afin de mieux utiliser le potentiel du réseau existant.

Les estimations préliminaires de mars indiquent que la connexion de 36 GW de capacité renouvelable – des installations avec des conditions de connexion – nécessitera 100 milliards de PLN d’investissements. Ce numéro a-t-il été vérifié lors des travaux ?

Dans le scénario modéré mentionné ci-dessus, les fonds nécessaires s’élèvent à 130 milliards de PLN d’ici 2030. Cependant, nous devons nous rappeler que les scénarios de développement que nous avons développés ne se réfèrent pas seulement à la connexion des SER, mais également à tous les besoins d’investissement dans l’infrastructure de réseau. , comme la numérisation, l’automatisation des services visant à accroître la flexibilité du réseau, ainsi que la connexion des sources et des destinataires de la production et enfin la modernisation et la restauration du réseau. Dans le cadre de ces activités, le raccordement aux énergies renouvelables est une priorité. Nous estimons que cet objectif consommera à lui seul plus de 40 %. le montant indiqué. Cela donne environ 52 milliards de PLN. En conséquence, il augmente les dépenses d’investissement totales de l’opérateur d’environ un tiers par rapport aux plans de pré-carte. Le montant est considérable, il était donc nécessaire de planifier les investissements avec tous les opérateurs de réseaux de distribution d’énergie, y compris la planification d’un plan à long terme pour leur mise en œuvre.

Ces fonds serviront à connecter, entre autres, RES. De quelle puissance d’installation parle-t-on ?

La capacité installée projetée de SER dans le réseau ODS à la fin de 2030 (y compris les consommateurs) est de 51,6 GW. Avec les installations raccordées au réseau de transport, cela représente un potentiel de production d’électricité qui couvre plus de 50 % du total. nos besoins en électricité en 2030. Ce nombre provient des contrats de raccordement déjà signés, des conditions de raccordement émises, nous avons pris en compte les enchères SER et les prévisions de développement des installations des consommateurs. La capacité des sources éoliennes peut s’élever à 14,2 GW, soit 27,5 %. force totale. La puissance des sources photovoltaïques est de 35,5 GW (dont 17,4 GW de consommateurs), soit 68,9 %. force totale. Les sources restantes sont de 1,9 GW, soit 3,6 %. force totale.

Le montant de 130 milliards de PLN est impressionnant. Comment faire en huit ans pour intégrer 50 GW de SER ?

La base de financement de ces investissements sera le tarif de distribution, qui fait partie de la facture d’électricité. Nous avons maintenant identifié 7 à 8 milliards de PLN de financement possible à partir de fonds externes que nous connaissons. Lors des travaux sur la carte, nous avons également identifié la possibilité d’obtenir des fonds supplémentaires. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’investissements pour les huit prochaines années. On peut dire avec une forte probabilité qu’après 2030, il y aura de nouveaux emplois ou de nouveaux fonds pour l’intégration des sources d’énergie renouvelables dans le système énergétique.

En juillet de cette année. trois vendeurs d’énergie – Tauron Sprzedaż, Energa Obrót et Enea – ont demandé des augmentations de tarifs énergétiques plus tard cette année. Quel sera le sort de ces conclusions ?

Nous devrions conclure ces travaux dans les prochains jours.

Y aura-t-il une augmentation des prix plus tard cette année?

Il faut attendre l’issue de la procédure.

Et les candidatures des sociétés commerciales pour 2023 sont-elles déjà arrivées ?

Oui, tous les vendeurs d’office, à savoir Enea, Tauron Sprzedaż, Energa Obrót et PGE Obrót, ont déjà soumis leurs demandes tarifaires pour 2023.

De combien les tarifs de l’énergie peuvent-ils augmenter (compte tenu de la loi de gel des prix de l’énergie) ?

Le Président de l’ORE approuvera le tarif pour les ménages dont il considère le niveau justifié, c’est-à-dire qu’il ne résulte que de coûts justifiés. Ce n’est qu’après l’approbation du tarif par l’ERO que la société commerciale pourra demander une indemnisation à l’administrateur de règlement (le fonds qui verse une indemnisation aux sociétés commerciales pour le gel des prix – éd.). Quant aux ménages, le montant de la redevance sera la différence entre le tarif approuvé par le président de l’Office de régulation de l’énergie et le prix de l’énergie gelé par la loi. Il convient de noter que la quasi-totalité de l’Europe s’immisce plus ou moins dans le marché, mais des solutions similaires de gel des prix et de compensation sont introduites. Comme il ressort clairement des dernières semaines, les prix de l’énergie sur le marché boursier sont en baisse.

Les deux lois adoptées sur le gel des prix de l’énergie et les prix maximaux adoptés limitent légèrement la marge de manœuvre et l’importance des tarifs eux-mêmes ?

Oui et non. En octobre et novembre de cette année. Le président de la République de Pologne a signé deux lois qui déterminent le niveau des prix de l’énergie en 2023 dans les colonies avec un grand groupe de clients. Le premier est la loi sur les solutions spéciales pour la protection des consommateurs d’électricité en 2023. Il est entré en vigueur le 18 octobre 2022. Selon son contenu, le prix de l’énergie sera gelé au niveau de 2 MWh de consommation par an – pour l’ensemble des ménages, jusqu’à 2,6 MWh par an – pour les ménages avec personnes handicapées, et jusqu’à 3 MWh par an – pour les ménages avec la Big Family Card et les agriculteurs. Une autre solution introduite par la loi du 27 octobre 2022 portant mesures d’urgence pour limiter le prix de l’électricité et soutenir certains consommateurs en 2023 est le mécanisme du prix maximum. Selon les dispositions de cette dernière loi, quelle que soit l’augmentation des prix de l’électricité sur le marché de gros, les règlements avec les clients en 2023 comprendront ce que l’on appelle le prix maximum de l’électricité au niveau de: 785 PLN / MWh – dans le cas des clients des services publics et des petites et moyennes entreprises et 693 PLN / MWh – dans le cas des consommateurs domestiques par rapport à la consommation de cette énergie ci-dessus les limites établies dans le premier des actes susmentionnés. Parallèlement, afin de réduire les coûts pour les entreprises qui vendent de l’énergie, un mécanisme de compensation a été mis en place, c’est-à-dire couvrant la différence entre le prix spécifié dans la loi susmentionnée et les coûts réels des entrepreneurs. De plus, l’année prochaine, nous approuverons également les tarifs de deux vendeurs d’office qui n’ont pas eu de tarifs réglementés jusqu’à présent, tels que E.ON et Tauron Sprzedaż GZE (une autre entité que Tauron Sprzedaż – éd.).

D’autre part, les prix du charbon augmentent très rapidement. Selon les données sur le coût d’achat du charbon pour la production d’électricité par les centrales électriques, le prix de la matière première en septembre de cette année était de 628 PLN la tonne. Dans le cas des installations de chauffage, entre juillet et septembre, l’augmentation a atteint environ 200 %. L’indice des prix du charbon PSCMI2 (pour les centrales de chauffage) était de 1508 PLN par tonne en septembre …

Il est évident que les coûts du combustible se répercutent directement sur les prix de l’énergie et de l’énergie thermique. Environ. 80 % de l’énergie produite en Pologne provient du charbon, tout comme la production de chaleur. Ainsi, l’augmentation du prix de cette matière première est directement convertie en coût de production, et donc directement en prix de marché de l’énergie ou de la chaleur. Cependant, les solutions juridiques adoptées ne concernent pas les mécanismes de formation des prix du charbon dans le pays.

Le Sejm a finalement soutenu la loi sur la liquidation du passif boursier. Avez-vous changé votre opinion négative sur ce sujet ?

Je ne change pas mon avis critique sur cette question. La bourse concentre l’offre et la demande à grande échelle en un seul lieu, ce qui crée les conditions d’une véritable concurrence. C’est le meilleur endroit pour déterminer le prix du marché de l’énergie.

PGE – le plus grand producteur d’électricité de Pologne – a annoncé la création de sa propre plateforme de vente. Comment évaluez-vous cette idée ?

En Pologne, il n’y avait pas et il n’y a toujours pas d’interdiction de créer des débouchés où l’énergie peut être échangée, car ces biens n’étaient pas échangés uniquement sur la bourse polonaise de l’électricité. En bourse, moins de 40 TWh d’énergie ont fait l’objet de transactions fondées sur l’obligation boursière, alors que le chiffre d’affaires total était celui de l’an dernier. plus de 200 TWh. Si la principale raison de la levée de l’obligation était le mécanisme des prix marginaux (la source de production la plus chère détermine le prix de l’énergie – ndlr), la question se pose de savoir si un mécanisme de tarification différent fonctionnera sur la nouvelle plateforme que celui sur TGE . . Si tel est le cas, cette solution n’apportera probablement pas la baisse attendue des prix de vente de l’électricité. Cependant, il est bon qu’il y ait des endroits où – si je comprends bien – il y aura des indices qui montreront le prix résultant des transactions conclues. Il convient de se demander si d’autres producteurs d’énergie choisiront des solutions similaires. Cependant, si l’offre est limitée par rapport à la demande en raison de la répartition du commerce de gros sur plusieurs plates-formes de négociation, cela n’empêchera pas les prix de l’énergie d’augmenter partout où nous la commercialisons.

L’industrie estime que la loi visant à geler les prix de l’énergie entraînera une vague de faillites pour les sociétés commerciales. Voyez-vous un tel risque ?

L’introduction des réglementations mentionnées rend en fait le marché moins attractif pour les entreprises qui s’occupent de la vente d’électricité, en particulier au cours des derniers trimestres. Le mécanisme introduit de gel des prix limite les possibilités de spéculation sur le marché. La rémunération implique cependant certaines marges pour les entreprises, elles doivent donc encore gagner de l’argent, mais de manière limitée. Je ne suppose pas que les restrictions réglementaires introduites entraîneront une réduction significative des activités des sociétés commerciales privées. Il convient également de noter que la durée de ces réglementations est limitée.

La question se pose de la possibilité de financer l’énergie nucléaire. La recharge atomique sur votre compte est-elle une bonne idée ?

Déjà maintenant, le nombre de débits sur le compte est très important et il devient de plus en plus illisible et incompréhensible pour les destinataires. Il peut s’avérer que dans une pièce donnée, tous ces éléments supplémentaires du compte dépassent ensemble le montant de la redevance pour l’énergie elle-même et ses services de transport. Le développement de l’énergie nucléaire est un projet à forte intensité de capital et j’imagine que n’importe quel frais pour cela pourrait à lui seul représenter une part importante de la facture d’un client. Par conséquent, je chercherais d’autres moyens de financement, afin que le compte reste principalement la redevance pour l’énergie et les coûts de son transport.

CV

Rafal Gawin

Rafał Gawin est docteur en sciences techniques, spécialisé dans l’ingénierie énergétique et la gestion de l’énergie. Sa carrière est liée au secteur de l’énergie depuis le tout début. Il travaille à l’Office de réglementation de l’énergie depuis 2004 et, depuis 2014, il est directeur adjoint du secteur du développement du marché et de la consommation. Fonctionnaire depuis 2007. Il a été nommé président de l’ORE par le Premier ministre le 24 juillet 2019. En mars 2021, il a été élu vice-président du conseil des régulateurs de l’Agence de coopération des régulateurs de l’énergie (ACER).

Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *