Comment les Ukrainiens défendent les réseaux énergétiques contre les attaques russes et ce qui leur manque [ROZMOWA]

Depuis le 10 octobre, les attaques contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes sont devenues systématiques et délibérées. Au 1er novembre, en raison d’attaques massives de roquettes et de drones, les troupes russes avaient sérieusement endommagé environ 40 %. l’ensemble de l’infrastructure énergétique de l’Ukraine, y compris les centrales de production combinée de chaleur et d’électricité, a déclaré le président Volodymyr Zelensky.

Pour cette raison, le gouvernement ukrainien a ordonné des coupures de courant de plusieurs heures à partir du 20 octobre afin que les électriciens puissent réparer les bâtiments endommagés et équilibrer l’ensemble du système énergétique. Il est également demandé aux résidents de limiter l’utilisation des appareils électriques, notamment le matin et le soir.

Quelles sont les conséquences des attentats russes et comment le secteur énergétique ukrainien y fait-il face ? Nous parlons à Alexandre Kharchenko, directeur de l’Energy Research Center (EIR Center), une société de recherche et de conseil basée à Kyiv.

Ce sont des attentats terroristes

Krystyna Garbicz, OKO.press : Quel est l’état du réseau électrique ukrainien après les attentats des dernières semaines fin octobre ?

Oleksandre Kharczenko: Tout d’abord, soyons clairs sur le fait que les attaques contre des infrastructures énergétiques critiques sont des attaques terroristes qui n’ont rien à voir avec la conduite des hostilités, elles sont dirigées contre des civils, pas contre des militaires.

La Russie essaie de provoquer un soi-disant black-out, un arrêt du réseau électrique. L’attaque a été planifiée avec la participation d’experts en énergie. Ces experts en énergie devraient à l’avenir s’asseoir sur le quai de La Haye, à côté de ceux qui ont programmé ces missiles et les ont tirés – car ils ont conseillé comment endommager au mieux les réseaux de transmission afin de leur refuser le plus d’électricité possible.

Qu’est-ce que les Russes attaquent exactement ?

Ils attaquent les transformateurs, les sous-stations, les appareils par lesquels l’électricité entre dans le réseau. Il n’est pas facile de détruire une centrale électrique. C’est un grand bâtiment sous l’égide de PVO. En revanche, le réseau est très ramifié et difficile à couvrir complètement de protection. C’est comme ça qu’ils attaquent les postes de transformation.

Comment ces attaques sont-elles réparties sur le territoire de l’Ukraine, où se situent le plus de problèmes ?

Les Russes essaient de séparer les régions où il y a des centrales électriques, mais trop peu de consommateurs locaux pour fonctionner à pleine capacité, des régions qui n’ont pas de centrales électriques sur site et ne peuvent pas se connecter aux centrales électriques opérationnelles en raison de dommages au réseau de transport.

À quoi ressemble la réparation du réseau électrique – ce qui peut être fait tout de suite et ce qui ne peut pas être fait. En combien de temps la réparation est-elle effectuée ?

Nos ingénieurs en énergie rétablissent l’électricité dans un délai maximum de 5 à 8 heures, en redirigeant temporairement l’électricité vers les parties actives du réseau.

Ensuite, il y a une période, qui dure de 2 à 3 jours à un mois, pour les réparations à l’aide d’équipements et de pièces de rechange que nous avons dans nos entrepôts ou que nous obtenons des voisins les plus proches. Nous sommes reconnaissants à la Pologne et au gestionnaire du réseau de transmission polonais qui aident beaucoup la société ukrainienne Ukrenergo.

Malheureusement, il reste encore une troisième partie du travail. Ce sont des transformateurs haute tension qui sont très chers et longs à produire. Net la production d’un tel transformateur dure de six mois à 18 mois, et parfois plus. Ils sont rares, ils ne sont jamais produits en stock, car il s’agit d’un appareil spécialement conçu pour un réseau spécifique.

C’est un gros problème. Maintenant, bien sûr, nous les commandons en grande quantité, mais la production prend beaucoup de temps. De plus, en Ukraine, nous utilisons des réseaux de transmission d’une capacité allant jusqu’à 750 kW, et en Europe aujourd’hui, il n’y a pas plus de 400 kW. Nous avons besoin d’appareils plus puissants que ceux habituellement utilisés dans les pays européens.

Techniquement, on peut se passer longtemps de cet équipement et on fait tout pour éviter que les consommateurs ukrainiens ne connaissent des situations difficiles. Malheureusement, en raison du fait que l’équipement est réparé rapidement ou que les éléments ne sont plus aussi solides qu’avant, nous devons parfois déconnecter certains destinataires pendant 2 à 4 heures.

Parlez-vous de coupures de courant soudaines ? Après tout, le soi-disant HAW, ou calendrier d’arrêt d’urgence, est également en cours de planification.

Malheureusement, nous avons aussi des arrêts soudains. Ils sont liés à des dommages à la principale ligne de transmission de la région. Son remplacement par des solutions de dérivation improvisées ne permet pas de transmettre la même puissance et il est nécessaire de déconnecter les consommateurs dès le début de la surcharge. Si nous ne le faisons pas, il y aura de gros problèmes avec tout le réseau.

Alors le répartiteur qui gère tout ça dit : je vois une surcharge ici, il faut l’arrêter. Ce ne sont pas des coupures programmées.

Les Ukrainiens écrivent sur les réseaux sociaux qu’il n’y a pas d’électricité jusqu’à 6 heures.

Nous nous efforçons de rendre ces pauses programmées aussi difficiles que possible pour les bénéficiaires. Nous cherchons un moyen de garder les horaires précis, sauf bien sûr lorsque de nouveaux raids et attaques se produisent chaque jour.

Hier (jeudi 27 octobre – éd.), les Russes ont frappé et endommagé une installation importante qui transmet une grande quantité d’électricité à Kyiv. Cela a causé de longues coupures de courant, aujourd’hui il n’y a presque pas eu de coupures. Nous avons réussi à réparer les unités principales, il y avait du matériel à remplacer, Dieu merci, alors aujourd’hui nous avons considérablement réduit le nombre de ces arrêts.

Comment les pannes d’électricité affecteront-elles l’économie ?

Les experts en énergie ressentent le soutien des Ukrainiens et leur compréhension que nous sommes maintenant en mode survie, pas en mode confort. Les entrepreneurs comprennent également la situation, alors ils essaient d’ajuster l’horaire de travail. La consommation d’énergie la plus faible est la nuit, il n’y a pas de surcharge du réseau, vous pouvez donc travailler en toute sécurité avec les industries qui ont besoin de plus d’électricité.

Le gouvernement appelle à une réduction de la consommation d’énergie. Comment est-ce réussi ?

Le niveau de réduction de la consommation dans différentes régions varie de 7 à 12-15 %. et c’est très perceptible pour nous. Nous sommes reconnaissants que les gens comprennent qu’ils doivent être responsables.

Vous avez mentionné l’aide de la Pologne. De quelle aide supplémentaire l’Ukraine a-t-elle besoin maintenant de la part des pays occidentaux ?

Nous sommes en contact permanent avec nos collègues des pays européens, avec de nombreuses sociétés énergétiques et fabricants d’appareils électriques. Parfois, il y a des moments émouvants où des étrangers partent en vacances et nous apportent du matériel de leur entreprise afin que nous puissions le livrer plus rapidement. Nous sommes heureux de ressentir ce soutien.

Nous avons encore besoin de transformateurs et de groupes électrogènes de différentes puissances pour équiper nos hôpitaux, écoles et autres bâtiments publics, surtout en hiver. Quand il fait froid, c’est très important d’avoir une réserve de marche autonome pour créer des endroits où les gens peuvent venir se réchauffer, et avoir de l’électricité pour au moins les besoins de base.

Malheureusement, Moscou attaque aussi des centrales thermiques. Ils essaient de détruire l’approvisionnement en chaleur ainsi que l’électricité. Jusqu’à présent, ils ne sont pas très efficaces, mais dans de nombreuses villes et villages que nous avons maintenant libérés, en particulier dans l’oblast de Kharkiv, l’oblast de Kherson, les Russes ont presque tout détruit.

Pas de chauffage plus dangereux ?

Absolument. S’il n’y a pas de chaleur dans les blocs à une température de -10 et moins, l’eau dans les tuyaux gèle et éclate simplement les tuyaux. De tels bâtiments seront difficiles à restaurer.

Par conséquent, les attaques sur le système de chauffage sont très dangereuses. Les autorités locales accordent actuellement beaucoup d’attention à cette question, elles travaillent intensivement à la protection maximale de ces installations, à la recherche de solutions techniques qui les rendront moins vulnérables et chaleureuses.

L’Ukraine a suspendu l’exportation d’électricité. Pensez-vous qu’elle aura besoin d’une importation?

Or, dans cet état du réseau de transport, nous ne pouvons garantir que l’exportation sera stable et respectera les paramètres appropriés. L’Ukraine pourrait avoir besoin d’importations en provenance d’Europe pour disposer de capacités de réserve. Nous avons une telle possibilité, bien que nous ne l’ayons pas utilisée jusqu’à présent. En Europe, l’électricité est assez chère, notre production est beaucoup moins chère et pour l’instant nous n’utilisons que la nôtre.

Quelle est la différence de prix?

Deux ou trois fois.

Je ne comprends pas très bien si la centrale nucléaire de Zaporozhye est complètement déconnectée du réseau électrique ukrainien ? Comment cela affecte-t-il l’ensemble du système ? D’autre part, l’est et le sud du pays sont occupés par de grands conglomérats et des installations industrielles qui consomment beaucoup d’électricité. Cela n’a-t-il pas en quelque sorte équilibré la situation ?

En raison de l’occupation dans tout le pays, la baisse de la consommation s’élève à 40-42 %. La centrale nucléaire de Zaporizhzhya est actuellement dans un soi-disant arrêt à froid, lorsque tous les réacteurs ne fonctionnent pas, mais pour l’entretien, la centrale utilise 150 MW d’électricité, ce qui équivaut à une petite ville de 60 000 habitants. citoyen. La centrale reçoit cette énergie du réseau électrique ukrainien.

Nous aimerions récupérer les EAU au plus vite, mais ce n’est pas critique, sans que nous ayons suffisamment de production pour couvrir la consommation.

Les Russes parviendront-ils à entraîner l’Ukraine dans une crise énergétique ?

Non. Nous sommes meilleurs. Nous réparons plus vite qu’ils n’envoient de roquettes.

Combien de temps faudra-t-il à l’Ukraine pour rétablir la consommation d’énergie aux niveaux d’avant-guerre ?

Pour que les consommateurs n’aient aucun problème, nous devons soit être capables de nous défendre complètement contre l’attaque, soit simplement gagner. Seulement après cela, il nous faudra trois ou quatre mois pour éviter les coupures de courant pour la majorité des habitants.

Krystyna Garbicz

Elle est journaliste, reporter, « ambassadrice » de l’Ukraine en Pologne. Elle est diplômée en journalisme de l’Université Jagellonne. Elle a écrit pour le portail pour les Ukrainiens à Cracovie – UAinKraków.pl et pour Kharkiv Gwara Media.


Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *