Les Polonais préfèrent acheter des services d’accès à Internet auprès de petits et moyens opérateurs de télécommunications

La part du secteur des petites et moyennes entreprises sur le marché des services d’accès à Internet fixe ne cesse de croître et a atteint fin 2021 un record de 38% – il est indiqué dans le rapport de la société de conseil Audytel intitulé « The situation du marché des télécommunications. Le rôle du secteur des PME ». Pendant la pandémie, 2020-2021, sur 900 000 services vendus, pas moins de 530 000. (59 %) sont celles proposées par les petits fournisseurs. Dans le même temps, plus de 3,1 millions de foyers en Pologne n’ont toujours pas accès à l’Internet haut débit, soulignent les analystes.

Les recherches menées par Audytel montrent que les opérateurs de services de télécommunications sont actuellement confrontés à des défis croissants. Les plus importants sont : les prix bas, la saturation avec la vente de services, ainsi que la concurrence des fournisseurs OTT. Ceci est combiné à des besoins d’investissement élevés – en 2021, la couverture NGA manquait dans 21,8% des ménages (3,1 millions), principalement dans les zones rurales.

« Le secteur des PME fait très bien face à tous ces défis. Et il en est ainsi malgré de nombreuses difficultés dans le processus d’investissement et la faible implication des petites et moyennes entreprises dans le financement du programme opérationnel de Digital Poland. Malgré la faible participation aux projets OPDP, les petits et moyens opérateurs investissent dans les technologies d’accès à fibre optique et les vendent avec succès » – commente Grzegorz Bernatek, principal analyste TMT chez Audytel SA

Le secteur des petites et moyennes entreprises est à l’origine de plus de la moitié des investissements

Les auteurs du rapport soulignent que la numérisation a été accélérée dans une large mesure grâce aux petits opérateurs et à leurs investissements, principalement sur leurs propres fonds, car au cours des trois dernières années, près d’un million de foyers ont acheté des lignes FTTH auprès d’entreprises du secteur des PME. Il convient d’ajouter qu’il s’agissait principalement d’utilisateurs vivant dans des zones rurales et urbaines, c’est-à-dire où l’Internet mobile n’offre pas la qualité suffisante pour un travail agréable et l’apprentissage à distance. Il est intéressant de noter que dans ces domaines, les effets des investissements des grands opérateurs, réalisés à partir des fonds du programme opérationnel de Digital Poland, ont été faibles. On estime que sur les 3,2 millions d’adresses avec accès optique, seulement 20 % environ sont le résultat de programmes OPDP subventionnés.

Au total, sur la période 2016-2020, les opérateurs du secteur des petites et moyennes entreprises ont couvert 1,8 million sur 3,2 millions de toutes les adresses. Cela signifie que les petits et moyens opérateurs sont responsables de 56% des investissements dans la fibre optique au cours des 5 dernières années. Audytel estime le montant total des dépenses d’investissement effectuées par eux au cours de cette période au niveau de 4,2 à 6,9 milliards de PLN, selon que les coûts de connexion sont inclus ou non.

En période de pandémie, le nombre de services aux PME a évidemment augmenté, ce qui est la preuve de l’efficacité des activités d’investissement et de vente, selon les analystes. En 2021, la part des petites et moyennes entreprises dans le nombre de services Internet fixes a atteint les 38 % déjà mentionnés. Actuellement, à la suite des investissements réalisés, 60% des achèvements de construction de réseaux de fibre appartiennent à des petites et moyennes entreprises. En 9,8 mille villes en Pologne (55 % des villes), les terminaux à fibre optique des petites et moyennes entreprises représentent plus de 80 % de toutes les bandes de fibre optique.

Les auteurs de l’analyse attirent l’attention sur le grand rôle des investissements des petits opérateurs pour les collectivités locales. Selon les estimations de la société de conseil, pour chaque tranche de 1 000 PLN de revenus des PME, jusqu’à 13,66 PLN sont reversés aux gouvernements locaux sous la forme de CIT. C’est une situation complètement différente de celle des grands opérateurs, où plus de 3 fois moins d’argent est reversé aux gouvernements locaux – seulement 0,22 PLN pour 1000 PLN. Les données d’Audytel montrent également qu’il en va de même pour les bénéfices des activités de télécommunications. Dans le cas des petits opérateurs, il revient aux communautés locales, en moyenne, représentant 6,4 % des revenus en 2018-2020. Pendant ce temps, les grandes entreprises de cette période ont enregistré une perte totale. Les petits et moyens opérateurs ont également un impact plus important sur la réduction du niveau de chômage. Selon l’analyse d’Audytel, le secteur des PME a consacré 16,4 % de ses revenus à l’emploi, tandis que les grands opérateurs ont dépensé 11,5 %.

Les subventions sont perçues par les grands opérateurs

Malheureusement, comme nous l’avons déjà mentionné, plus de 3,1 millions de foyers en Pologne n’ont toujours pas accès à l’internet haut débit. Les calculs d’Audytel montrent que les opérateurs du secteur des PME ont le potentiel de construire plus de 300 000 mètres carrés. terminaison de fibre optique chaque année sans accès à un financement public. Si ces fonds leur étaient accordés, ce potentiel serait nettement plus important. Il s’agit d’une information importante dans le cadre des investissements prévus – la Pologne recevra 2 milliards d’euros pour la construction de réseaux haut débit – 1,2 milliard d’euros de KPO pour connecter des adresses là où il n’y a pas de réseau haut débit et 0,8 milliard d’euros du FERC (Fonds européen de développement) . Cyfrowy) pour la modernisation des réseaux haut débit existants. Les deux programmes devraient créer des réseaux qui permettent une connexion à Internet à une vitesse d’au moins 100 Mbps, avec la possibilité de développer jusqu’à des réseaux gigabit.

Cependant, comme le soulignent les analystes d’Audytel, l’argent public a jusqu’à présent été principalement alloué aux plus grands acteurs du marché. Le plus de fonds selon les appels à mesures II-IV 1.1 PO DP ont été reçus par : Inea et Fibee (33%), Nexera (16,9%), Orange (14,3%) et Netia (12,3%). Les opérateurs du secteur des petites et moyennes entreprises n’ont reçu que 18,5% des fonds.

Cette valeur est disproportionnée par rapport à la part de marché, d’autant plus que les petits et moyens opérateurs sont les leaders dans la construction de réseaux optiques dans les petites villes et les zones rurales. En 9,8 mille villes en Pologne (55% des villes), les terminaux optiques des petites et moyennes entreprises représentent plus de 80% de toutes les gammes de fibres optiques, concluent les auteurs de l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *