Funérailles d’Elizabeth II. Qu’adviendra-t-il des animaux de compagnie de la reine ?

Peu de gens savent que pendant les 70 ans du règne de la reine Elizabeth II Grande-Bretagne connu deux dynasties parallèles. L’un était une dynastie Windsorla deuxième dynastie à quatre pattes descend du chien de berger pembroke corgi nommé Suzanne. La jeune Elizabeth a eu Susan le jour de son 18e anniversaire. La nature joviale du chien en faisait un compagnon fidèle, et comme ils étaient inséparables, il était aussi un témoin silencieux des moments importants de sa vie.

Le chien était avec la princesse quand Prince Philippe il lui a proposé en juillet 1947, et plus tard a même eu l’honneur d’assister à leur voyage de noces. Suzanne était dans Elisabeth quand son premier fils Karol est né, et plus tard, quand son père est mort prématurément, et la princesse est devenue reine du jour au lendemain.

La majorité corgisque le monarque possédait étaient des descendants directs de Susan. La dernière de la famille était Willow, qui a eu l’occasion de participer à la fameuse vidéo préparée pour l’ouverture Jeux Olympiques à Londres en 2012. Dans un court métrage, Daniel Craig, c’est-à-dire l’agent 007, arrive au palais de Buckingham pour escorter la reine à la cérémonie d’ouverture. Pour se rendre dans sa chambre du palais, elle doit croiser, entre autres, des chiens lui barrant le chemin, dont Willow, excitée par la présence d’un flic infiltré.

En tant qu’éleveuse responsable, la reine voulait mettre fin à la dynastie Susan avant sa mort. Willow est décédée en 2018, en tant que dernière représentante d’une famille de chiens qui a duré plus de 70 ans.

En 2021, pendant les restrictions prolongées de Covid, le prince Andrzej a donné à la reine Elizabeth deux nouveaux chiens, corgi Muick et un chien nommé Fergus.

Fergus est décédé peu de temps après la mort du prince Philip et a été remplacé par Sandy, un chiot offert à la reine par les princesses Beatrice et Eugenia pour son 95e anniversaire officiel. Un porte-parole de la famille royale a déclaré la semaine dernière que les chiens avaient été rendus à la famille du prince Andrew après la mort d’Elizabeth II.

Ciara Farrell du Kennel Club, la principale organisation de chenil en Grande-Bretagne dont Élisabeth II, explique que la nature des chiens corgi les fera certainement s’adapter à leurs nouveaux propriétaires. – Ce sont de jeunes chiens et iront chez des gens qu’ils connaissent, ils se retrouveront donc sans problème. Mais je suis sûr qu’en raison de leur nature de berger et de bienveillance, ils se demandent maintenant où est la reine, dit Farrell.

Les chevaux ont servi de nombreux monarques au cours des siècles. Lors des cérémonies officielles, les souverains, attachés en selle, regardaient fièrement la foule de leurs sujets qui s’attroupait autour des sabots de leurs chevaux. Des batailles médiévales ont également été remportées à cheval. Leur symbolisme militaire subtil, bien que toujours d’actualité, a été utilisé avec avidité par la famille royale britannique jusqu’à présent. À la fin de l’ère élisabéthaine, les chevaux faisaient régulièrement partie de nombreux défilés avec des fanfares militaires et des fantassins, comme Trooping the Colour, un défilé en l’honneur de l’anniversaire de la reine, qui a été présenté cette année.

Au moins une photo Élisabeth II dans les médias, surtout les années suivantes, il était souvent complété par un groupe de petits chiens à fourrure, celui-ci la véritable passion de la défunte reine était les chevaux. Selon les récits de la famille et des amis, la monarque ne se souvenait pas d’un moment où elle n’était pas en selle. Selon d’autres, les tribunes des courses de chevaux étaient le seul endroit où la reine souriait d’une oreille à l’autre. Elle a essayé d’être présente à la compétition. Cette année, Elizabeth II a raté la cérémonie d’ouverture de la nouvelle session du parlement, invoquant des problèmes de santé comme raison. Trois jours plus tard, les Britanniques pouvaient la voir briller dans les tribunes des courses de chevaux royales à Windsor, qu’elle fréquentait déjà en tant que princesse. La presse s’est alors limitée à quelques commentaires sur l’âge de la reine et sa passion de longue date.

Robert Johnson, un journaliste britannique qui commente la vie de la famille royale, a résumé les connaissances approfondies de la reine sur les chevaux dans le documentaire de 2013 « Kings and Animals: Till Death Do Us Part »: – Elle connaît toutes les races, elle connaît tous les chevaux de course, elle connaît tous les éleveurs, elle connaît tous les jockeys – c’est sa vraie passion il a dit.

Monarchini a transmis son amour pour les chevaux à ses petits-enfants et enfants qui s’entraînent activement aux sports équestres et participent à des compétitions équestres. La fille de la reine, la princesse Anna, est devenue championne d’Europe individuelle dans les compétitions équestres en 1971. Élisabeth II elle a laissé une grange bien équipée valant des millions.

Au fil des siècles, les monarques ont utilisé une gamme d’attributs pour marquer leur statut social. Insignes, médailles et bijoux sont dignes, si clichés, insignes utilisés par les dirigeants pour indiquer leur majesté. Moins évidents, mais tout aussi efficaces, les animaux exotiques. qui étaient tout aussi coûteux et donnaient accès aux ressources tropicales d’outre-mer.

En Grande-Bretagne, à ces fins, entre autres, la ménagerie royale, où dans les premières années on gardait principalement des grands félins comme des lions et des guépards. La Ménagerie a été fondée vers le XIIe siècle dans le célèbre complexe de la Tour de Londres.

Après la mort de George IV en 1830, il fut décidé de fermer sur ordre du duc de Wellington. La raison était soit que le soldat a été mordu par un lion, soit que l’enseigne a été mordue par un singe – les détails sont toujours contestés. La plupart des animaux exotiques de la ménagerie ont ensuite été transférés au zoo de Londres (ZSL). Son patron pendant tout son règne était Elizabeth II.

Dans une déclaration publiée après la mort de la reine, l’URSS a remercié la monarchie pour sa contribution à inspirer des millions de personnes à protéger la faune dans le monde. Le zoo a également décidé de partager les souvenirs des nombreuses visites de la Reine. En 2017, accompagnée du duc d’Édimbourg, la reine a visité le zoo de Whipsnade (succursale ZSL) pour ouvrir le « Elephant Care Center ».

Les photos montrent comment Élisabeth II et Philippe ils nourrissent Donna les bananes éléphant avec des sourires sur leurs visages. Ce fut un moment spécial pour tout le monde chez ZSL. Ce moment exprimait plus que n’importe quel mot combien Sa Majesté aimait les animaux et la nature. Cette année, l’une de ces photos est même devenue la carte de Noël officielle de Sa Majesté, envoyée aux délégués du Commonwealth du monde entier.

Après la mort de la reine, la souveraineté et le patronage de ZSL sont repris par son fils, CharlesIII.

Pour Interia de Grande-Bretagne, Kamila Korońska

Lire aussi :

Le roi est mort, vive la reine, c’est-à-dire le jour où Elizabeth est devenue souveraine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *