US Open 2022 : Pourquoi les chiens sont les nouveaux entraîneurs de tennis en route, mais c’est Martina Navratilova qui l’a lancé

FLUSHING MEADOWS – L’US Open est un endroit idéal pour observer les gens. Sans doute le plus bruyant, le plus fréquenté et le plus diversifié des tournois du Grand Chelem, vous pouvez vous asseoir sur le court toute la journée et regarder le monde passer sans voir un seul point de tennis.

Vous verrez d’innombrables célébrités de tous les horizons, des New-Yorkais de toutes formes et de toutes tailles, certaines des boissons les plus grandes et les plus chères au monde et un nombre surprenant de chiens.

Et ce ne sont pas seulement les chiens spécialement dressés et les bergers allemands gardés par la police qui sentent le trouble. Le nombre de chiens dans les vestiaires augmente également et les concurrents ont la permission, pas nécessairement donnée aux fans, d’amener leurs chiens à l’US Open.

« Les joueurs sont autorisés à amener leurs chiens, mais pas sur le terrain », explique une source de l’USTA etbien que cela ne semble pas être le cas sur les terrains d’entraînement, avec le chien de Serena Williams – un Yorkshire terrier nommé Christopher « Chip » Rafael Nadal – un habitué de son entraînement cette année.

Serena Williams à l’entraînement avec son chien (Image : AP)

Les fans sont autorisés à amener des animaux de compagnie sur le site tant qu’ils sont des animaux d’assistance et « attachés, en laisse ou attachés ».

Alors que certains fans étaient confus lorsqu’ils ont vu le dalmatien noir et blanc dans les gradins regarder apparemment les deux matchs de Carlos Alcaraz, sa veste rouge avec un symbole médical faisait allusion à son rôle d’animal d’assistance plutôt que de simple animal de compagnie.

Et ceux qui se rendaient au stade Louis Armstrong pour regarder Bianca Andreescu affronter Beatriz Haddad Maia pouvaient voir la mère de la joueuse canadienne, Maria, portant un sac à main un peu plus audacieux que d’habitude contenant le caniche toy Coco d’Andreescu.

« Les tournois autorisent généralement les chiens. Parfois … je ne la laisse pas nécessairement entrer, mais je parle à quelques personnes et elles disent: « D’accord … et laisse-la entrer », a déclaré Andreescu.

« Elle est la meilleure dans mes jeux. Il est super silencieux, il tient dans son petit boîtier. Ma mère la tient parfois pour que je puisse la regarder, pour sourire quand je suis stressée. Cela aide vraiment. Pour moi, c’est plus que des caméras

« Quand je suis en sa présence, je ne pense jamais à rien de négatif. Il s’agit aussi d’être dans le moment présent : tout ce à quoi je peux penser, c’est au chien. »

Andreescu croit tellement en la méthodologie qu’elle a écrit une partie d’un livre à ce sujet intitulé « Bibi’s Got Game: A Story of Tennis, Meditation and a Dog Named Coco », qui est semi-autobiographique et décrit comment elle gère le stress et l’anxiété.

Les experts sont d’accord : Daria Abramowicz est la psychologue de la performance d’Iga Świątek, la numéro 1 mondiale.

« Chaque personne a sa propre façon de décompresser et de gérer le stress », a déclaré Abramovich. et dans une interview plus tôt cette année.

« On peut avoir des techniques de respiration, de visualisation, de méditation, sortir avec des amis, avec des animaux… Si vous suivez attentivement le tennis, vous pouvez remarquer qu’il y a de plus en plus d’animaux sur le parcours. Ou peut-être un contact avec la nature, ou peut-être lire un livre. Ou peut-être que je ne connais pas grand-chose au tricot ou aux jeux de société.

« Chacun a le sien. Et le plus important est de toujours trouver ce qui fonctionne pour vous.

Andreescu pourrait désormais être rejoint par un certain nombre de joueurs qui ont amené leurs chiens sur la route, de Naomi Osaka et Serena Williams à John Isner et Jiri Vesely, mais la tendance a commencé bien avant qu’elle ne mette le pied sur le terrain.

Martina Navratilova a adopté un sans-abri, Reket, qui a été retrouvé abandonné sur le bord de la route à Dallas en 1976, et a emmené son chien partout où elle allait en tournée.

« Vous essayez d’apporter une sorte de normalité à un mode de vie très anormal – une sorte de cohérence et de cohérence », a déclaré Navratilova, qui est apparue à Flushing Meadows avec son chien Lulu, au New York Times.

Elle pensait que c’était si bon pour son tennis qu’elle en donnait parfois un, un Jack Russell nommé Sam, à son partenaire de double Liezel Huber.

« Je suis plus heureux quand je suis détendu, calme et débranché », a déclaré Huber. « Ça arrive aussi avec un chien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.