Karina Szafrańska était la star de la série « Sexmission ». Pourquoi a-t-elle soudainement disparu de l’écran ?

Karina Szafrańska depuis son enfance, elle voulait se tenir devant la caméra. Elle avait 19 ans quand son rêve d’une carrière d’actrice s’est enfin réalisé. Inattendu Juliusz Machulski lui a offert un petit mais important rôle « Mission sexuelle ». « Il y avait une condition. Je devais me déshabiller… J’ai accepté sans hésiter », se souvient-elle dans une interview. C’est elle qui a joué la fille nue qui monte dans l’ascenseur de la piscine avec Maks (Jerzy Stuhr) et Albert (Olgierd Łukaszewicz). La scène est entrée dans l’histoire du cinéma polonais et sa participation a ouvert la porte à la carrière de Karina Szafrańska.

Des années plus tard, à cause de ce rôle, elle a dû lutter contre une rumeur désagréable. L’une des déclarations de Jerzy Stuhr à l’occasion du 25e anniversaire du film a malheureusement été accueillie avec compréhension par certains fans. Ils ont conclu qu’avant son arrivée sur le plateau de tournage, Szafrańska n’était pas une lycéenne, mais une « strip-teaseuse professionnelle ». L’actrice ne cache pas cette comparaison. « Jerzy Stuhr n’a jamais voulu faire de mal. Quelqu’un lui a dit qu’il y avait deux sirènes impliquées, se déshabillant dans le spectacle. Le spectacle était un strip. Je pense que c’est de là que ça vient. Ça pourrait même être une bonne publicité ! J’étais désolée quand j’ai entendu cette rumeur – principalement parce qu’elle affectait mon enfant. Évoque des émotions, a-t-elle admis dans une interview pour Onet.

Un an après la première de « Sexmission », Karina Szafrańska a également joué dans « 07 Volunteer », « Hero of the Year », et avant d’être diplômée de l’école d’art dramatique de Wroclaw, elle a également eu des scènes dans la série « La ballade de Januszku « . et le film « Żelazną main ». Après avoir défendu son diplôme, elle a joué plusieurs rôles plus audacieux – ce n’est qu’en 1991 qu’elle a pu être vue dans trois pièces. Elle devenait peu à peu la première bombe sexuelle de la Troisième République. Malheureusement, la tragédie a frappé. Un jour, Karina Szafrańska … était sans voix. Elle vient de perdre sa voix.

« Au cours de la quatrième année de mes études, j’ai perdu la voix. J’ai travaillé avec lui de manière très intensive, extrêmement – agissante et vocale. Cela, ajouté à l’infection, m’a rendu incapable de parler pendant trois mois. J’étais dévasté, mais le professeur m’a aidé. Elle m’a guéri, m’a appris à bien respirer – se souvient l’actrice. Aujourd’hui, elle aide les personnes ayant des problèmes d’élocution.

À la fin des années 1980, elle quitte Cracovie pour Varsovie. En 1989-90, elle se produit au Théâtre National de Varsovie. Plus tard, elle collabore avec les théâtres de Varsovie : Syrena et Nowy. Aujourd’hui, elle ne cache pas que la grande renommée n’est pas pour elle. Elle aime le fait qu’elle joue, pas la popularité et la vie sous les projecteurs. « À un moment donné, je n’ai pas porté le fardeau de la responsabilité. Je me souviens du rôle de Hessia dans Moral Dulska d’Adam Hanuszkiewicz au théâtre Nowy. Ce personnage affecte la pièce et la performance. C’était beaucoup pour moi. Peut-être que c’est mieux que personne ne me rend si grand, cela n’a pas pesé sur la responsabilité de la star alors ? » – elle a admis dans une interview avec Dagmar Romanovska.

Il y a plus de 20 ans, peu de temps après avoir quitté Telewizja Polsat, dont elle était la première présentatrice, Karina Szafrańska a décidé qu’elle n’avait aucune idée de sa future carrière, et les rôles que lui proposaient les réalisateurs n’étaient pas son rêve devenu réalité. Elle a décidé de retourner à l’université. Aujourd’hui, elle peut se targuer d’un diplôme en orthophonie à l’Université de Varsovie, d’études supérieures à l’Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin et d’un doctorat en sciences humaines en pédagogie, qu’elle a défendu à l’Académie de Varsovie pour l’éducation spéciale.

Cependant, elle n’a pas complètement abandonné le jeu. Ces dernières années, nous avons eu l’occasion de le voir, entre autres, dans des épisodes des séries « Na Wspólnej », « Prawo Agaty », « Na knoż » et « Under the surface » et dans de nombreuses publicités. Elle a également joué dans la nouvelle saison de la série « Ugly ». « J’ai de bons souvenirs du travail du présentateur de Polsat… Et jouer ? C’est un défaut pour la vie ! Parfois, j’obtiens un rôle dans une série et j’en suis très content, mais ce n’est pas ma priorité aujourd’hui » – avoue Szafrańska .

Actuellement, Karina Szafrańska travaille comme conférencière, est une orthophoniste respectée et l’auteur de nombreuses publications sur le traitement des personnes autistes et la directrice du célèbre Centre de Varsovie pour la parole et la dyslexie « Ad Verbum » à Varsovie. Pourquoi a-t-elle consacré sa vie à l’orthophonie ? « Pour aider ma fille » – a-t-elle déclaré dans l’une des interviews. L’actrice a traversé l’épreuve de demander de l’aide pour son enfant bien-aimé. Elle a trouvé de merveilleux thérapeutes, mais cela ne lui a pas suffi – elle a décidé d’acquérir les connaissances nécessaires et de prendre soin de sa fille elle-même. Aujourd’hui, elle aide des centaines d’enfants et d’adultes qui ont des problèmes de… bégaiement (c’est sa spécialité en tant que thérapeute).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.