Iga Świątek l’attendait depuis longtemps ! « Ils avaient l’habitude d’accrocher des chiens dessus. C’est des conneries totales ! »

Michał Białoński, Interia : Iga Świątek était à la mode, surtout dans les deuxième et troisième sets, battant Aryna Sabalenka 3-6, 6-1, 6-4 pour atteindre la finale de l’US Open. Vous débordez probablement de fierté, mais elle a fait ses premiers pas au tennis sous votre supervision ?

Arthur Szostaczko, Premier entraîneur Iga Świątek : Absolument, je suis content du résultat et je suis fier d’Iga. Les gens, ceux qui jouent au tennis et ceux qui ne le font pas, doivent comprendre que chaque tournoi avant le grand, le Grand Chelem, est une préparation de forme. Et c’est arrivé avec Igo lors de tournois à Cincinnati et à Toronto. Elle y est également allée pour s’acclimater à la surface dure. Tout le monde lui avait déjà accroché ses chiens après l’échec. Et c’était complètement absurde !

On se souvient qu’avant de traverser l’océan, Iga jouait un tournoi sur farine, alors que le jeu se jouait sur une surface dure pendant plusieurs semaines. Chacun doit s’acclimater d’une surface à l’autre. Les changements de cour comprenaient ceux liés au fuseau horaire et aux changements de température. Tout cela affecte notre bien-être. Il est plus facile de critiquer ceux qui ne connaissent pas le tennis. Après les succès d’Iga, je suis très heureux, continuez votre bon travail !

Un Tunisien dangereux en route vers Iga Świątek. « Le mental sera plus important que le jeu »

Cependant, il est impossible de ne pas s’interroger sur les fautes directes d’Iga. Lors des matches précédents, il en a plus de 30, même si Arina Sabalenka en a fait jusqu’à 44. Est-ce une conséquence du risque pris ou la forme n’est-elle tout simplement pas la même qu’au premier semestre ?

– Chaque joueur de tennis est fatigué à la fin de la saison. À un moment donné, cela s’est également produit avec Igo. Cependant, il ne sert à rien de le juger négativement. Les gagnants ne sont pas jugés. Le tennis est un jeu à gagner, et en ce moment Iga passe de l’un à l’autre. Je pense que nous attendrons avec impatience son prochain grand triomphe, son troisième titre du Grand Chelem, samedi.

Iga Świątek pris dans une situation délicate. Le cameraman collectait les coups de foudre

Peu importe le nombre de fautes directes qu’il commet. Elle en a commis moins que Sabalenka, alors elle a gagné. L’enjeu était de taille, on sait que c’est la première fois qu’Iga est en finale d’un tournoi du Grand Chelem disputé sur une surface dure. Je doute que ce ne soit pas la dernière finale comme celle-ci.

Bien sûr, Iga est parfois un peu stressé à cause de tout cela, et cela se traduit par quelques mouvements nerveux : il précipite le jeu, parfois branle la raquette. Pour la prise de coup droit, qu’utilise Iga, elle doit être parfaitement positionnée avant le coup, elle doit avoir de la fluidité. Si juste un peu de nerfs entre dedans, alors – comme pour tout le monde – le jeu sale commence, et quand nous jouons sale, nous heurtons généralement des voitures ou des filets.

Il convient de noter que Sabalenka a atteint le sommet de ses capacités lors du match contre Iga.

– Vous devez comprendre qu’après les défaites de cette année contre Iga, Sabalenka voulait revenir et qu’elle était en forme. La Biélorusse joue terriblement fort dans tous les sens, elle n’empêche pas sa main de frapper. Ce n’est pas facile de jouer avec de tels joueurs. Au fait, Iga a toujours eu des problèmes mineurs avec les filles qui jouent fort et très vite.

Mais comme je l’ai dit au début : on ne critique pas, on ne juge pas, on profite juste de ses victoires ! Iga est une joueuse de tournoi, elle aime gagner et c’est ce qui l’intéresse le plus, pas le nombre de fautes directes.

Ons Jabeur a passé beaucoup moins de temps sur les courts de Flushing Meadows, parcourant une distance plus courte qu’Iga, ne perdant qu’un seul set contre Rogers. De plus, elle semble être une joueuse complète qui, en plus de sa puissance de frappe, possède également la sagesse du jeu, ainsi que la technique et la ruse d’Agnieszka Radwańska. La finale pourrait-elle être difficile pour Iga Świątek ?

– Jabeur est certes une joueuse complète, mais son tennis ne m’attire pas. Il est difficile de la critiquer, puisqu’elle est en finale d’un Grand Chelem, mais je pense que le jeu de Jabeur conviendra bien plus à Iga Świątek que le tennis de Sabalenka ou de Madison Keys, face à qui le Polonais a perdu à Cincinnati.

Comment Iga Świątek devrait-il jouer cette finale ?

– L’avantage d’Iga contre Jabeur est du côté revers. S’il joue avec confiance, et qu’on sait qu’Iga est un grand mouvement, il aime jouer un coup droit le long de la ligne dès qu’il ouvre cette partie du court. Il ouvre également en diagonale, c’est-à-dire « dedans – dehors », et bien sûr un revers qui joue solidement. A mon avis, Jabeur manque de ce côté-là. Je ne sais même pas combien de temps elle pourra résister à la pression d’Iga. Nous le saurons samedi.

Interviewé par : Michał Białoński, Interia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.