500 réseau plus, moins, c’est-à-dire pourquoi l’électricité est-elle sept fois plus chère ici qu’il y a deux ans, alors que nous en produisons 80 % ? du charbon de champ

Zbigniew Bartus

Lorsque le gouvernement polonais a introduit le supplément révolutionnaire (et nécessaire !) Family 500 plus en 2016, un mégawattheure d’électricité coûtait 165 PLN en gros. Aujourd’hui, les frais sont toujours de 500 PLN, tandis que les prix de l’électricité chez TGE ont augmenté à 1 375 PLN, et il y a des jours où ils dépassent 1 500 PLN par MWh. Qu’est-ce que la politique sociale a à voir avec l’énergie? Ils sont unis par l’économie. En ce moment – brutal. Les avantages qui ne sont pas couverts dans l’économie réelle commencent à ressembler à une pyramide financière faite d’argent de plus en plus vide.

J’ai demandé au directeur de l’usine d’eau de Cracovie les prix de… l’électricité. Contrairement aux apparences, le problème n’est pas seulement le plafond : pour traiter l’eau du réservoir de Dobczyce et de Rudawa, Dłubnia et Sanko, il faut entre autres 90 gigawattheures d’électricité. L’année dernière, Vodovod a payé 26 millions de PLN pour cette électricité, prévu 44 millions de PLN pour 2022 (69 % de plus), mais on sait déjà que ce sera… 81 millions (plus de trois fois plus !). Le contrat pour 2023 s’élève à 92 millions de PLN. Il est facile de calculer qu’il est de 354% à partir de 2021. Avec une inflation atteignant « seulement » 15,5 %. Cela me fait peur de penser à ce qui se passerait si l’entreprise répercutait l’augmentation des prix de l’eau sur les consommateurs.

J’en ai parlé à mes entrepreneurs voisins, et il a plaisanté (?) en disant que le Wodociągi de Cracovie est toujours cool, car les factures d’électricité de son entreprise ne sont pas de 300, mais de 712 % de celles de 2021. Et puis il a demandé : d’où vient l’augmentation insensée des prix de l’électricité en Pologne, si elle nous est vendue par des distributeurs publics et produite par des entreprises publiques – 80 % proviennent du charbon des mines publiques ? Si nous avons « nos » mines, « notre » charbon, « nos » centrales électriques, « notre » électricité, « nos » réseaux de transmission, et que tout cela n’est géré que par des personnes « célèbres », pourquoi est-ce si cher ?

Certains – outre le satrape de Moscou – pointent du doigt la « politique climatique de l’UE » et affirment que « nous devions nous en tenir au charbon ». J’ai bouilli alors, mais aujourd’hui je gère d’une manière ou d’une autre et j’utiliserai des chiffres au lieu d’invectives. Comme je l’ai déjà écrit, pour des raisons géologiques, les ressources en charbon en Pologne, qui seraient rentables pour l’exploitation minière, diminuent – à cause de cela, le gouvernement PiS a continué à fermer les mines épuisées et a autorisé l’importation de moitié moins de charbon de Russie que le Gouvernement PO-PSL . En même temps, je risque la thèse que les importations seraient inutiles si les gouvernants n’avaient pas arrêté l’énergie éolienne. Au cours des dernières 24 heures, nous avons produit 20 % de l’électricité en Pologne à partir du photovoltaïque et de l’éolien. Grâce à deux sources d’énergie renouvelables clés, nous économisons des millions de tonnes de charbon et obtenons de l’énergie à la moitié du prix de l’énergie traditionnelle – au profit de tous les Polonais.

Cette année, cependant, le gouvernement a stoppé le développement des systèmes photovoltaïques. Le développement des pompes à chaleur, qui permettraient de réduire radicalement la consommation de gaz importé, est discutable. Il y a une raison : l’état tragique des réseaux énergétiques polonais, totalement inadaptés au raccordement ultérieur d’installations SER. D’innombrables installations photovoltaïques existantes sont notoirement arrêtées lorsqu’elles produisent le plus d’énergie et devraient profiter le plus à leurs propriétaires. Les personnes qui y investissent – avec le soutien de l’État – perdent chaque jour leur argent durement gagné. L’Office de régulation de l’énergie de Cracovie reçoit des milliers de plaintes contre les opérateurs de réseau à ce sujet. Dans de nombreux endroits de Malopolska, on peut même parler de l’échec de l’installation. Répétons-le : grâce à des millions de consommateurs qui produisent de l’électricité chez eux principalement grâce au photovoltaïque, nous n’avons pas besoin de millions de tonnes de charbon. Mais connecter plusieurs installations domestiques à un réseau aussi désespéré est impossible. Le chef de l’Office national de réglementation de l’énergie estime que 100 milliards de PLN sont nécessaires pour moderniser les réseaux de l’État.

Nous revenons ici à la politique climatique de l’UE, plus précisément au système ETS, dont parlent de nombreux représentants du parti au pouvoir. Je vous rappelle : dans ce cadre, les quotas d’émission de CO2 qui accompagnent la production d’énergie à partir du charbon sont transférés au budget de l’État polonais et doivent être utilisés, entre autres, pour la modernisation des réseaux de transport. En conséquence, le Trésor public a reçu environ 100 milliards de PLN jusqu’à présent.

Voyez-vous la connexion? Décision politique : allouer de l’argent pour les transferts sociaux, y compris le prochain départ à la retraite d’un groupe d’électeurs, c’est-à-dire pour la modernisation des réseaux électriques, qui détermine le prix de l’électricité pour tous les foyers et entreprises, est une décision économique et sociale à la fois temps. Soutenir les familles, ainsi que les plus pauvres et les autres nécessiteux est le devoir de l’État. Mais le même devoir est de mener une politique économique responsable. Sans elle, les entrepreneurs polonais doivent payer sept fois plus l’électricité produite par leur fioul domestique, ce qui signifie la mort pour les exportateurs. Dans le même temps, aider les gens sous la forme la plus simple possible – en espèces – devient rapidement moins précieux que le papier sur lequel les billets sont imprimés.

Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.