Il n’y aurait pas de Cantabile Girls’ Choir d’Olsztyn s’il n’y avait pas le plaisir de la musique

Où qu’ils aillent, vous ne pouvez pas les quitter des yeux. Non seulement parce qu’ils sont pleins d’énergie juvénile, mais aussi parce qu’ils ressentent la musique. Et ils se sentent bien en compagnie. Ils peuvent tirer le meilleur parti de ce creuset d’émotions. Il n’est donc pas surprenant que le Cantabile Girls’ Choir, présidé par Agata Wilińska, ait récemment remporté le Grand Prix du 17e festival « O Warmio moje miła » à Olsztyn. C’est quand même une autre récompense. Il n’est pas non plus surprenant que les filles ne puissent pas voir le monde sans chanter. Ils y sont tellement absorbés qu’ils ne s’imaginent pas vivre en silence.

– Chanter a toujours été un plaisir pour moi, et à un moment de ma vie, quand j’ai rejoint Cantabile, c’est devenu important. C’était il y a sept ans – dit Otylia Przyłucka, une chanteuse de 18 ans. – J’ai toujours chanté. Là où était le micro, vous pouviez me trouver. Le matin, quand j’ai ouvert les yeux, je chantais déjà. Et ce qui passait à la radio à l’époque et mes chansons que j’ai inventées. Et puis je suis allé à l’école de musique. J’ai commencé par le piano et maintenant je joue du saxophone. C’est un très bel instrument. Et quand j’étais à l’école de musique, il était impossible de ne pas entendre parler de Cantabile. La chorale était prestigieuse et toutes les filles voulaient y chanter. Nous savions que Cantabile participait à des compétitions étrangères, gagnait des prix, mais surtout que les filles s’amusaient bien les unes avec les autres. Chacun de nous a alors voulu être l’un d’entre eux. Elle voulait aussi voir une partie du monde et profiter de la musique en même temps.

– Il y a une grande différence d’âge entre nous les filles. Certains d’entre nous ont 12 ans, d’autres 20. Je chante à Cantabile depuis 2019 – souligne Karolina Zabielska, choriste. – Malgré cette différence d’âge, on se comprend très bien. On s’entraide, on prend soin de soi. On ne sent pas vraiment cette différence d’âge. Les anciens ont toujours soutenu les plus jeunes et c’est normal. À la fin de la journée, la musique nous relie. Je me souviens de la première fois où je suis venu à la répétition. Je ne savais pas quoi faire de moi. J’étais perdu. Mais à chaque nouvelle tentative je me sentais de mieux en mieux. Les filles plus âgées ont beaucoup aidé. J’ai maintenant pris le relais.

– Lors de chaque répétition, nous chantons plusieurs fois le morceau assigné. Il ne devient absolument jamais ennuyeux! Surtout quand Agatha nous charme. C’est une chef de chœur extrêmement sensible. Je pense qu’il nous aime beaucoup. C’est notre mère de chœur – souligne Klara Sternička, chanteuse. – Quand Agata nous apporte de nouvelles chansons, elle est toujours heureuse de nous montrer quelque chose de nouveau. Il sait que nous l’aimerons parce qu’il nous connaît si bien. Il connaît nos possibilités, il est donc capable de choisir le meilleur répertoire pour nous. Il sait qu’on ne se lassera pas de lui. Il sait aussi que nous pouvons gagner le cœur du jury à chaque concours et concert. Et ça arrive ! C’est notre travail.

Le refrain ne peut pas être mort

Maintenant, environ 30 filles chantent dans la chorale. Tout le monde n’est pas prêt à monter sur scène, tout le monde n’est pas capable de venir à chaque répétition.

– Thirty nous permet d’atteindre une grande puissance sonore. Mais il n’y a pas que la voix qui compte. Le mouvement et le mimétisme sont également importants, mais aussi le jeu – souligne Klara. – Nous avons récemment chanté « Two Hearts ». C’est, après tout, une belle histoire qui doit être racontée avec un visage et un mouvement de corps. Et Agata nous l’enseigne. Après tout, le chœur ne peut pas être mort. Parfois, vous voyez des chœurs chanter ce qu’ils doivent faire. Vous pouvez voir qu’il n’y a pas d’âme musicale en eux. Et Agata prend soin de cette âme en nous. Cela nous remplit simplement de gaieté. Et c’est la taille de Cantabile. Parfois, nous recevons des prix pour la culture sonore. Les juges nous donnent également des points supplémentaires pour ressentir la musique.

– Lorsque nous chantons des chants sacrés, tout le public est immergé en eux. Et puis je sais avec certitude qu’une telle musique n’est pas honteuse. Le monde d’aujourd’hui est pressé et ce qui est notre tradition est souvent laissé de côté. Mais à mon avis, une telle musique est unique et inhabituelle pour cette raison. Cette musique est tout simplement magnifique – dit Karolina. – C’est complètement différent quand on l’écoute de côté et différent quand on y participe avec tout son corps. Et ensemble.

– Quand on monte sur scène, on devient un. Nous parlons d’une seule voix, mais de plusieurs voix – plaisante Otilia. – En ce moment, je ne peux pas imaginer ma vie sans la chorale, les filles, Agatha et les émotions qui l’accompagnent. C’est généralement une joie de pouvoir faire quelque chose ensemble. Parfois on est stressé, mais c’est motivant. Et quand on fait quelque chose, il y a de l’euphorie.

La musique est mathématique

Otylia est encore au lycée. Mais il veut plus de l’avenir. Pour l’instant, cependant, il a un dilemme.

– J’hésite entre la musique et la science. Vous pouvez être un physicien chanteur, non ? La physique, la biologie et les mathématiques m’ont le plus attiré – révèle Otilija. À première vue, la musique et la science ne semblent pas aller de pair, mais quand on y pense, elles se rejoignent. Après tout, la musique est mathématique. Il y a un élément de sentiment, mais quand on s’en éloigne, la musique devient logique et organisée. Lorsque vous ajoutez des notes ensemble, vous pouvez vous amuser beaucoup.

– J’aimerais aussi avoir l’esprit fermé, mais malheureusement je suis un humaniste. A l’école, nous avons le sujet des harmonies, qui nous aide à comprendre tous les phénomènes d’harmonie en musique. J’ai toujours mal à la tête pendant les cours – ajoute Karolina. – C’est juste du calcul musical !

– Et je suis éclaireur, membre de la 7e équipe Olsztyn Zuchowa Gromade. Bien sûr, nous chantons beaucoup ensemble, car je viens de Krakowskie Muzyczny Szczep Słowiki, qui à mon avis est la souche musicale scoute la plus chantée au monde – note Klara. – La musique vit en moi tout le temps. Je ne peux pas passer une heure sans. Je me suis même acheté une bonne paire d’écouteurs et j’écoute quelque chose tout le temps. J’aime le plus les chansons que nous chantons dans Cantabile. Je peux les écouter encore et encore dans différentes performances. Bien sûr, nos performances sont les meilleures ! La musique classique a une harmonie qui se décompose en diverses choses plus complexes. La musique pop jouée à la radio est souvent basée sur trois accords répétitifs. Même si le texte est intéressant, il est recouvert d’une mauvaise couche musicale. La musique classique, en revanche, est pleine de sons. Et il a été créé pour spiritualiser.

Ce n’est pas si facile de partir

Cantabile est un chœur qui sent la jeunesse. Mais ce n’est qu’une des étapes du parcours musical du chanteur.

– Peut-être que je serai à Cantabile pour une autre année. J’ai dix-huit ans, je suis en dernière année de bac dans une école de musique… Et puis il sera temps d’étudier. Beaucoup de filles étudient déjà dans d’autres villes, mais elles viennent constamment à nos concerts et concours. Vous ne pouvez pas quitter Cantabile aussi facilement. Qui sait, peut-être que je prendrai plus de temps aussi ? Mais nous sommes une chorale de jeunes, donc un jour il faut trouver un nouveau lieu. C’est un triste moment. Le moment venu, nous disons au revoir et Agata vous apporte des bonbons. Puis on chante, on danse… Heureusement, Cantabile ramène des souvenirs avec lui. Ce sera pour toujours.

Le répertoire de Cantabile est varié. Il comprend des œuvres d’époques antérieures ainsi que de la musique de compositeurs contemporains. Les choristes, quant à eux, sont la vitrine du chant de l’École nationale de musique. Frédéric Chopin à Olsztyn.

– Les filles sont très talentueuses et chantent pour le plaisir. Toujours – 32 ans, parce que c’est la durée de la chorale – c’était comme ça. Pour eux, Cantabile n’est pas seulement une expérience artistique, mais aussi sociale et psychologique. Ils s’aiment tout simplement. En tout cas, j’essaie d’en faire un groupe cohérent qui se soutient et sait coopérer – dit Agata Wilińska, chef d’orchestre et « mère de chœur ».

ADA ROMANOWSKA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.