La peine de mort en Norvège… – Informations des Polonais norvégiens en Norvège

Peine de mort en Norvège…

La peine de mort en Norvège. Cette histoire a choqué toute la rédaction de Radio Watah. Alexandra et son combat pour la justice nécessitent ces quelques mots et un article. L’histoire du combat pour la vérité et la vie de ses trois amis à quatre pattes. Commençons par le début…

Condamnation à mort en Norvège… une série d’événements étranges…

Cette histoire était censée avoir un cours différent, et déménager en Norvège était censé être la réalisation de rêves d’une vie nouvelle et meilleure pour notre héroïne, sa fille et ses compagnons animaux. Alexandra a loué une hytta sur l’île d’Østeroy, à 50 km de Bergen, loin de la civilisation. Elle voulait profiter du calme et de la tranquillité… Elle voulait aussi que ses chiens aient de bonnes conditions de vie (espace de course, beaucoup de verdure autour…). L’amour pour les animaux de compagnie est si grand qu’Alexandra a pris un travail de nuit pour être avec eux pendant la journée.

Les longues marches sont devenues un rituel quotidien et oui… un jour – début avril 2021, un incident s’est produit. Un fermier habitant à proximité a soudainement relâché ses moutons. Les chiens ont eu peur et dans un acte de désespoir ont attaqué et mordu les moutons. Alexandra n’a pas fui la punition. Elle a pris le blâme et a payé une amende de 12 000 couronnes norvégiennes à la police et de 6 800 couronnes norvégiennes au fermier. Alexandra et sa fille ont continué une vie apparemment paisible. Ils ont essayé d’oublier cet événement désagréable.

Le début d’une bataille sans fin…

Cependant, le destin en a voulu autrement. Cet événement marqua le début de la bataille. Luttez pour la vérité et la vie de nos « petits frères ». Ça fait un an. La police a frappé à la porte de la famille d’Alexandra. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’un incident similaire à celui d’il y a un an. Trois moutons ont été mordus. Notre héroïne était sûre que ses chiens n’y étaient pour rien. Ils ont passé toute la journée à la maison. La police, cependant, a rapidement lié les deux événements à ses besoins. Elle a fouillé l’appartement à la recherche de traces de sang. Bien sûr, elle n’a rien trouvé. L’obscurité se tut… Mais seulement pour un instant. La police est réapparue le 19 avril de cette année. Cette fois avec hycel. Le soignant a reçu une lettre en norvégien. Il s’est avéré que ses chiens étaient accusés d’avoir mordu trois moutons et qu’ils devaient être emmenés jusqu’à ce que l’affaire soit résolue. Alexandra a engagé un avocat sans réfléchir. Ensuite un autre. L’affaire tenait. Seule une troisième avocate, Elisabeth Jensen, a vraiment compris cette histoire et a commencé à aider. Par ailleurs, le dimanche 8 mai, une décision a été signée pour tuer les chiens. Informations dérangeantes et nuisibles. La situation prenait de l’ampleur et devenait très grave.

Il convient de noter ici que la punition est basée sur le faux témoignage du propriétaire du mouton et de son partenaire. Le verdict a été signé par Liv Giertsen, inspectrice des civils et des étrangers. Elle pensait aussi que les chiens étaient agressifs. Alexandra a commencé à lutter avec le temps. Elle a publié un message sur les réseaux sociaux demandant de l’aide. Tous les contacts possibles ont été entamés. Tout d’abord, elle a appelé ou écrit à l’Organisation polonaise de lutte contre les animaux. Mme Katarzyna Piekarska du groupe parlementaire des amis des animaux, Mme Małgosia Śliwa, présidente du conseil d’administration de la Mondo Cane Animal Welfare Foundation et de nombreuses organisations similaires en Pologne et à l’étranger. Le conseil d’administration de l’association Szymon Hołownia, Jerzy Owsiak, le président de la République de Pologne, les premiers ministres Kaczyński et Ziobr, l’ambassade de Pologne à Oslo …

« Mes chiens sont le monde entier pour moi … » – sur l’amour sans bornes entre les espèces …

Un éleveur de moutons a menacé notre héroïne. Malgré les demandes et les offres de consentement, il est catégorique. Il se soucie de l’argent et de faire dormir les chiens. Aucun argument ne parle de son cœur dur… Et les policiers ont pris l’eau à la bouche…

Alexandra a été obligée d’organiser une action de collecte de fonds pour l’hôtel où séjournent désormais ses amis à quatre pattes et pour une nouvelle bataille judiciaire. Notre héroïne souffre de dysthymie et de dépression profonde depuis 20 ans, et ces chiens… sont sa signification, le moteur derrière elle. Ils sont sa famille !

Aidons Alexandre. Au nom de la solidarité des bons et des sensibles, au détriment de tout être de cœur… Seul avec le soutien approprié, Alexandre peut défendre la vérité et la vie de ses compagnons à quatre pattes.

Proposition de nouvelle loi sur les chiens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.