Réseau de recherche de Łukasiewicz : nous fournissons aux scientifiques un bénéfice de la commercialisation

Le transfert de connaissances scientifiques au secteur privé est essentiel à la croissance rapide des dépenses de R&D qui augmentera l’innovation de l’économie polonaise, ont déclaré des experts lors d’un débat en juin à l’Innovatorium Łukasiewicza à Poznan.

Un aspect important de la mise en œuvre efficace des articles scientifiques dans les entreprises est la fourniture d’une rémunération satisfaisante aux auteurs de la recherche. « Notre objectif statutaire est la commercialisation, c’est pourquoi nos systèmes récompensent les scientifiques pour le partage des bénéfices », a déclaré Michał Janasik, vice-président des finances et de la commercialisation au Łukasiewicz Research Network.

Il a souligné que le portefeuille de propriété intellectuelle des instituts appartenant au réseau de recherche Łukasiewicz est énorme. « Nous voulons le gérer correctement et le mettre sur le marché », a déclaré Michał Janasik.

Selon les experts, une protection efficace de la propriété intellectuelle stimule le développement de tous les secteurs de l’économie et contribue au développement de l’innovation. Fournir des revenus aux créateurs et inventeurs encourage davantage leur créativité et les encourage à entreprendre de nouvelles activités.

L’un des objectifs du réseau de recherche Łukasiewicz est d’augmenter et d’accélérer le processus de commercialisation des technologies développées par les scientifiques et les chercheurs. L’efficacité de ce processus est mesurée, entre autres, par le nombre de droits de propriété intellectuelle vendus et concédés sous licence. Cela se traduit par des avantages commerciaux spéciaux et des revenus réels pour les instituts et les développeurs de solutions commercialisées.

Selon le Dr. Agnieszki Jasińska-Kołodziej, directrice du département commercial de Łukasiewicz, une bonne gestion de la propriété intellectuelle, en plus de la protection par brevet, comprend en pratique l’enseignement des règles commerciales aux scientifiques, y compris l’utilisation de la même langue que les entrepreneurs.

« Les universités utilisent principalement un langage non commercial. Pendant ce temps, à l’accélérateur de Łukasiewicz, nous enseignons à nos scientifiques comment parler de leur projet en trois minutes afin d’intéresser un investisseur potentiel – a-t-elle souligné.

Les actifs incorporels et les droits exclusifs sur ceux-ci permettent de construire l’avantage concurrentiel de l’entreprise et déterminent le succès de la marque et de ses produits. Ils ont une valeur mesurable, sont des actifs de l’entreprise et peuvent être utilisés comme garantie ou assurance-crédit, et leur propriétaire peut tirer profit de la vente ou de l’octroi de licences.

Par conséquent, selon les experts, la protection de la propriété intellectuelle devrait être incluse dans la stratégie commerciale de l’entreprise. Ses défauts peuvent être exploités par la concurrence, laissant ses créateurs et propriétaires sans compensation adéquate.

Selon Agnieszka Tokaj-Krzewska, directrice adjointe du Bureau de la stratégie et du développement au Centre national de recherche et de développement (NCBR), la protection de la propriété intellectuelle dans la phase de mise en œuvre et de mise en œuvre crée un certain nombre de défis pour les scientifiques et les entrepreneurs. transfert et sur la base de quelle stratégie, et l’autre – pour évaluer la propriété intellectuelle.

« Dans la phase de candidature, on constate un faible niveau de sensibilisation – par exemple, dans le programme Leader, seul un tiers de ceux qui mettent en œuvre des projets ont suffisamment sécurisé leurs droits. D’autres risquaient de les perdre. En revanche, dans la phase de mise en œuvre, on voit que les recteurs sont surtout inquiets de la manière dont les questeurs évalueront le processus de transfert des effets du projet sur le marché, alors qu’ils ne savent pas comment évaluer correctement les solutions », a-t-elle ajouté. a dit. .

Edyta Demby-Siwek, présidente de l’Office des brevets de la République de Pologne (OPP), a souligné que tout ne peut pas être protégé par un brevet, car la loi prévoit un certain nombre d’exceptions qui rendent impossible le brevetage de certaines solutions.

« La stratégie de l’entreprise détermine quelle forme de protection est décidée après l’analyse des conditions du marché – si elle ne veut pas utiliser un brevet lié à la révélation de l’essence de la solution, il sera possible d’utiliser de nouveaux instruments prévus par le projet de loi sur La propriété industrielle, comme le dépôt d’informations technico-technologiques, pour organiser le contenu des informations et les modalités de leur protection », a-t-elle souligné.

Edyta Demby-Siwek a ajouté que la soumission des informations au dépôt fournirait, par exemple, la preuve de ce qui constituait le savoir-faire. La date de ces solutions est également conservée dans le dépôt, ce qui est important car le processus d’obtention d’un brevet est assez long.

« Le délai pour obtenir un brevet en Pologne est d’environ trois ans, l’Office européen des brevets prédit quatre ans et demi – pour les investisseurs, c’est à des années-lumière. C’est pourquoi nous voulons, entre autres, changer le système du modèle d’utilité – les soi-disant « petites inventions » issues de domaines autres que la chimie, la biochimie, la biotechnologie et la médecine, où seule la protection complète par brevet est valable « , a-t-elle déclaré. .

Le projet de loi prévoit également l’institution d’une demande préalable d’invention, qui permet de déposer une demande simplifiée sans crainte de troubler l’actualité, grâce à laquelle l’inventeur peut découvrir l’essentiel de la solution, par ex. les investisseurs potentiels dans le processus de recherche de financement sur le marché pour la mise en œuvre de l’invention.

Les droits de propriété industrielle donnent le droit exclusif d’utiliser la solution sur le territoire donné dans la période déterminée par la réglementation. Le propriétaire des droits exclusifs acquiert un monopole pour gérer la solution et en tirer profit.

La possession de droits exclusifs permet de lutter contre l’imitation et la concurrence déloyale. Leur propriétaire peut interdire l’utilisation de la solution donnée à d’autres participants au commerce, ainsi que formuler des demandes d’interdiction et d’indemnisation des dommages à des tiers.

Piotr Dardziński, président du réseau de recherche Łukasiewicz, commentant le contenu du débat, a souligné que dans les projets mis en œuvre par les instituts liés à Łukasiewicz, la stratégie de protection de la propriété intellectuelle est convenue individuellement dans chaque cas.

« Nous recherchons la méthode la plus efficace – qu’il s’agisse de savoir-faire ou de protection par brevet. D’autre part, Łukasiewicz essaie principalement de créer de la propriété intellectuelle, mais ne veut pas en être le propriétaire. Nous pensons que ce que nous créons vaut la peine d’être acheté et notre tâche est de vendre cette propriété intellectuelle aux entrepreneurs « – a résumé Piotr Dardziński.

Le débat intitulé « Transfert efficace de la propriété intellectuelle aux entreprises » s’est tenu à Poznan le 9 juin 2022.

Posted in web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.